Lyon y était presque
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2018

L’Olympique Lyonnais est vraiment une équipe étrange. Souvent irritante et parfois même désespérante en championnat. Capable de se sublimer face à un adversaire qui lui est nettement supérieur. Après avoir gagné à l’aller à l’Etihad Stadium, l’OL a fait match nul au Groupama Stadium face à Manchester City. Un match nul assez chanceux pour des Anglais qui sont revenus au score deux fois sur coups de pied arrêtés et qui ont plus profité des fautes d’inattention lyonnaises que de leur supposé talent. Cette équipe me fait d’ailleurs penser au PSG, dans ce qu’on peut parfois lui reprocher : une équipe qui ronronne, se contente de la possession et fait tourner, sans appels ni percussion. 

Lyon était parfaitement préparé, avec la bonne tactique pour gêner City. Et quand je dis ça, il serait plus juste de dire que Bruno Génésio avait la bonne tactique. On sait à quel point cet entraîneur est décrié par une grande partie de ses supporters. Or, à l’aller comme au retour il a montré qu’il avait le niveau face à Guardiola. En retirant Tousart - ce qui me paraissait être la solution depuis quelques temps - pour confier l’entrejeu au duo Ndombélé-Aouar, magnifiques tous les deux, il a fait le bon choix. 

Et que dire de Cornet ? L’attaquant ivoirien joue les utilités depuis le début de la saison. Déjà très bon et buteur à l’aller, il n’avait pas beaucoup eu sa chance depuis et a répondu en signant un retentissant doublé. Si les deux équipes sont rentrées au vestiaire à 0-0, Lyon pouvait incriminer à la fois sa propre maladresse et la malchance, entre l’énorme occasion manquée par Memphis, l’énorme occasion manquée par Cornet et la volée acrobatique et piquée sur la barre du même Cornet. 

Pour l’OL, malgré la déception de se faire rejoindre au score, c’est un match plus qu’abouti, à la fois sur le plan technique et tactique. Un match sur lequel ils doivent maintenant s’appuyer pour augmenter leur taux d’exigence lors des matchs de championnat. Et notamment en termes de réalisme, dans les deux surfaces. La bonne nouvelle c’est que les Rhodaniens ont encore leur destin entre leurs mains et joueront leur place en huitième de finale lors d’une finale à Donetsk qu’ils ne devront pas perdre. 

Espérons que les Parisiens aient regardé ce match et s’inspirent ce soir face à Liverpool de l’abnégation et du sens collectif des Lyonnais. On a souvent reproché à l’OL de ne gagner que sur ses individualités. Hier soir, elle a joué comme une véritable équipe. À Paris d’en faire de même pour continuer à espérer voir deux clubs français encore en lice en C1 au printemps. 

Pierrot