Lyon se rapproche
Posté par Pierre Ménès le 26 Avril 2018

Dans un Vélodrome des très grands soirs et une ambiance indescriptible pendant tout le match, l’OM a vécu une soirée quasi-parfaite lors de cette demi-finale aller de Ligue Europa. Un match au rythme élevé, que Thauvin et Sanson ont terminé avec des crampes. Il faut dire que les Autrichiens avaient décidé de jouer très vite et de se projeter vers l’avant dès la récupération. Avec peu de réussite sur le plan offensif, ce qui a laissé la possibilité à l’OM d’ouvrir le score grâce à un joli coup-franc de Payet sur lequel le gardien salzbourgeois se déchire joyeusement repris - peut-être même à sa propre surprise - par Thauvin au second poteau.

Alors effectivement, l’attaquant marseillais fait « tête-main ». Et effectivement, cette main change la trajectoire du ballon. Mais elle est totalement involontaire et à titre personnel, j’accorde le but. D’ailleurs, absolument personne ne l’a contesté. Après cela, l’OM a fait son match mais sans se créer beaucoup d’occasions. Le début de deuxième période a même été à l’avantage du champion d’Autriche, avec un penalty évident mais non accordé et une frappe claquée du bout du gant par Pelé. Jusqu’au second but signé Njie, tout juste lancé dans le bain par Garcia et qui a parfaitement bonifié un service caviardesque de Payet.

Ocampos et Thauvin ont peu brillé offensivement mais il faut dire aussi qu’ils ont été forcés à faire beaucoup d’efforts défensifs. Quant à Mitroglou, il a été comme d’habitude quand le niveau de l’adversaire s’élève, c’est-à-dire inutile. Heureusement, d’autres ont été très bons. Pelé a fait son match, Gustavo a été aussi remarquable derrière qu’il l’est habituellement au milieu, Sanson s’est montré précieux et très accrocheur au milieu. Et que dire de Bouna Sarr, toujours plus stupéfiant à ce poste d’arrière droit ? L’ancien messin a fait de gros progrès sur le plan défensif et a conservé son aisance dans les dribbles devant. Et puis il y a Payet, auteur de deux passes décisives et qui a régalé sur le plan technique. Il y a quelques semaines, on pouvait rigoler à la question : « peut-il aller à la Coupe du Monde ? ». Aujourd’hui, je pense que plus personne ne rigole à l’évocation de cette hypothèse.

Les Autrichiens pourront quand même nourrir des regrets sur ce match, qui peuvent aussi se transformer en motifs d’espoir avant le match retour. Notamment ce poteau trouvé par Gulbrandssen et le péno tout à fait sifflable évoqué plus haut. On peut donc dire que l’OM s’en tire assez bien avec cette victoire 2-0 sans avoir encaissé de buts. Tant mieux pour les Phocéens, qui se rapprochent de Lyon et du Groupama Stadium. Décidément, en Ligue Europa comme en Ligue 1, la fin de saison marseillaise est intimement liée à l’Olympique Lyonnais…

Pierrot