Lyon s’enfonce, Monaco décolle
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Rien ne va plus à Lyon, battu à domicile par Lens. Les Verts ont concédé le nul devant Rennes, alors que Monaco est allé l’emporter sans convaincre à Nantes. Trois matchs, deux buts, triste dimanche…

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les matchs à domicile de Saint-Etienne et de Lyon disputés hier n’ont fait que confirmer les difficultés rencontrées par les deux équipes lors du tour préliminaire d’Europa League, en milieu de semaine. L’OL s’est à nouveau incliné à Gerland devant une équipe de Lens épatante, qui a bien défendu et qui a marqué un but un peu chanceux grâce à une énorme erreur de Koné, 

Un but chanceux donc, mais derrière les Sang et Or se sont créés de nombreuses occasions en contre, ils ont touché la barre sur coup-franc et ont globalement très bien joué le coup. On peut être admiratif de ce que fait cette équipe. Tout le monde sait les problèmes qui ont émaillé la préparation du RCL, entre une intersaison suspendue à la décision de la DNCG et l’interdiction de recruter. Avant d’évoquer les soucis lyonnais, je trouve donc important d’insister sur la prestation et l’état d’esprit irréprochables des Nordistes. 

Evidemment, le tableau est nettement moins réjouissant côté OL, avec une équipe une fois de plus décimée par les blessures. Avec les trois quarts de la défense (Bisevac, Umtiti, Bedimo) sur le flanc, Lyon était bancal derrière et a livré un match défensif indigne d’une équipe qui prétend à une place européenne. Lyon où, au bout de quatre matchs, les langues commencent déjà à se délier. 

Gonalons a un peu taillé la préparation d’avant-saison, pour ce qu’on me dit le toubib du club en a marre que personne ne l’écoute, et malgré le changement de préparateur physique, Lyon compte toujours autant de blessés. Cet OL-là, qui marche à l’économie depuis deux ans, n’a pas l’effectif pour jouer avec six ou sept blessés à chaque match. Il va falloir que les Rhodaniens serrent les dents jusqu’à ce qu’ils commencent à récupérer du monde. Une phrase qu’on a l’impression de répéter chaque année…

 

Monaco, rien de bien convaincant

Les Stéphanois n’ont guère été plus brillants à Geoffroy-Guichard devant une équipe rennaise courageuse et bien articulée autour d’un Armand nettement plus performant que la saison dernière. Les verts auraient pourtant pu s’imposer sur un péno cadeau pour une faute inexistante de M’Bengué sur Erding, mais l’attaquant turc a très mal exécuté la sentence et a vu Costil sortir sa tentative. A part ça, peu d’occases et un match finalement très ennuyeux. 

Et puis en soirée, Monaco a remporté une victoire heureuse à Nantes. Après une première période médiocre pendant laquelle Subasic a sauvé les Monégasques en repoussant le pénalty de Gakpé, les hommes de Jardim ont ouvert le score à la 44e minute, comme à Bordeaux. Sur un centre au deuxième poteau converti d’une tête plongeante, comme à Bordeaux. Mais cette fois, l’ASM a tenu bon. 

Subasic a sorti un très bon match, comme Kurzawa et Toulalan. Mais on en droit de penser que, si les Nantais comptaient un attaquant de qualité dans leur effectif, ils auraient remporté ce match. Les joueurs du Rocher empochent donc leurs trois premiers points de la saison, mais je n’ai rien trouvé de bien convaincant dans leur prestation, et encore moins dans leur fin de match.

Pierrot