Lyon repasse devant
Posté par Pierre Ménès le 8 Avril 2018

On a vécu un petit événement ce dimanche puisque la troisième place a changé de mains. À la différence de buts, certes, mais c’était quelque chose d’impensable quand on se souvient de la situation au coup d’envoi de Marseille-Lyon il y a seulement trois semaines et de l’euphorie qui gagnait alors les Marseillais. Aujourd’hui, Lyon est pourtant passé devant Marseille. Pour deux raisons : parce que l’OL a enchaîné deux victoires et aussi parce que l’OM est aujourd’hui décimé par les blessures, a laissé des plumes à Leipzig et tire la langue après une saison marathon.

J’étais persuadé que Montpellier allait faire un coup hier soir au Vélodrome. Sans Thauvin, je ne voyais pas la formation de Garcia suffisamment armée offensivement pour forcer le verrou héraultais. C’est ce qui s’est passé au cours d’un match globalement sinistre. Les Olympiens auraient mérité de l’emporter, ne serait-ce que pour la frappe sur le poteau de Sanson, la jolie volée en extension de Mitroglou magnifiquement repoussée par Lecomte et surtout le penalty évident provoqué par Hilton pour une faute sur Mitroglou et refusé par monsieur Lesage. Au moins, la saison prochaine la vidéo permettra de ne pas se tromper sur ce genre d’action…

Chez les offensifs marseillais, Payet s’est montré très actif mais a perdu beaucoup trop de ballons, Ocampos a été brouillon au possible et Germain n’a clairement pas les qualités pour jouer seul devant une défense à cinq aussi athlétique. Une fois de plus, Montpellier obtient donc un bon match nul face à un gros du championnat. Maintenant, vous m’excuserez mais on n’est pas obligé d’aimer ça. Compte tenu de son effectif, que cette équipe joue défensif, je peux l’admettre. Ce que je ne peux pas admettre, c’est de ne même pas essayer de saisir les opportunités offensives lorsqu’elles se présentent à eux.

Décence, pudeur et but de l’année

Et puis quand j’entends le discours de Laurent Nicollin au micro de Paga, qui dit qu’il se branle du spectacle, je trouve ça particulièrement scandaleux. C’est sûr que ce n’est pas avec Montpellier et Nantes que la Ligue 1 va atteindre le milliard d’euros lors du prochain appel d’offres pour les droits TV. On ne demande pas à toutes les équipes de jouer la fleur au fusil. Mais un peu de décence et un peu de pudeur, c’est pas mal non plus.

Dans l’après-midi, Lyon a laminé une équipe de Metz totalement hors sujet. Comme sur le premier but encaissé par les Lorrains, dès la première minute et marqué de la tête par Marcelo laissé seul aux 6 mètres face au but. Les Lorrains ont beau jeu de dire que c’est trop dur contre les gros. Mais tu as le droit de mettre dans l’intensité dans ton match. Si tu manques de qualités, essaie au moins de te battre et de ne pas démissionner. En face, l’OL a déroulé, à l’image d’un Depay auteur de quatre passes décisives et un but. Des Lyonnais qui ont eu raison d’insister pour corser l’addition puisque cela leur donne une belle avance à la différence de buts par rapport à l’OM (+7). Cela pourrait compter, à la fin.

Avant cela, Nice et Rennes n’avaient pu se départager à l’Allianz Riviera. Le match n’a pas été génial, loin s’en faut, mais Rennes a montré une belle solidité et est toujours seul 5e, à six journées de la fin. C’est une belle progression pour le club breton qui confirme qu’il est l’un des clubs les plus intéressants de cette fin de saison. Bourigeaud a répondu à une frappe de Plea détournée par Gelin, avant de passer à côté du but de l’année sur cette stupéfiante tentative de lob de 62 mètres très joliment claquée au-dessus de sa barre par Benitez.

Pierrot