Lyon peut encore y croire
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Pendant que l’OM et l’OL assuraient l’essentiel, les équipes à la lutte pour le maintien bataillaient en soirée pour sauver leur peau. Pour certaines, c’est déjà fait.

Après son horrible série de quatre défaites consécutives, on attendait forcément l’OM au tournant lors de cette 35e journée, du côté de Metz. Devant des Messins dont c’était le troisième match en une semaine après ses déplacements à Bordeaux et au Parc, mais qui ne m’ont pas semblé plus émoussés que cela, les Olympiens ont eu du mal à tenir le jeu en première période. Mais l’équipe de Cartier est bien trop inoffensive devant pour espérer mettre en danger une défense olympienne remontée après la déroute face à Lorient.

L’OM ne s’est donc pas fait prier pour ouvrir le score quasiment sur sa première occasion avec le 100e but en L1 de Gignac sur une faute de main de Mfa Mezui, avant de doubler le score grâce à une jolie petite passe en profondeur de Payet pour un piqué du droit - et donc le doublé - de Gignac. Vu la série actuelle, on peut y voir du mieux. Mais dans le jeu, ce n’était pas forcément très rassurant et au final, ce match aura souffert d’un cruel manque d’intérêt. 

On pourrait en dire autant de la victoire de l’Olympique Lyonnais devant Evian. L’OL a ouvert la marque sur un joli coup-franc de Grenier qui, après 9 mois d’absence, revient plutôt pas mal. Les Rhodaniens se sont ensuite mis à l’abri sur un pénalty transformé par Lacazette et se sont ensuite contentés de gérer pendant la seconde période. 

Sur les deux derniers matchs, j’ai senti les Lyonnais un peu moins ensemble, un peu moins collectifs, un peu moins dans le tempo que d’habitude. Un peu plus tendus et individualistes aussi. Ce qui, finalement, est assez normal compte tenu de la situation et des enjeux, avec l’espoir d’être champion que cette victoire leur permet encore d’entretenir. 

 

Un ETG-Reims capital

En soirée, les matchs ont été disputés et, pour certains, joués dans des conditions atmosphériques difficiles, notamment Lorient-Bordeaux. Il y a eu tellement peu de buts qu’on va tirer les enseignements de ces matchs plutôt que de parler du scénario et du jeu. Le premier, c’est que les outsiders pour l’Europe ont marqué le pas : Montpellier tenu en échec par Rennes, Bordeaux idem à Lorient et Sainté battu à Bastia. Les Verts sont toujours à égalité de points avec l’OM, mais ça reste une belle occasion manquée par la bande à Galtier.

En revanche, c’est tout bon pour les Corses. Avec cette deuxième victoire consécutive, l’aventure en Coupe de la Ligue qui a coûté tant d’énergie et tant de points au SCB, est digérée. Avec 43 points au compteur, l’équipe de Ghislain Printant est tirée d’affaire. Tout comme Guingamp, qui n’avait plus grand chose à craindre mais qui a assuré le coup en se débarrassant de Reims au Roudourou. Des Champenois qui ont subi leur troisième défaite en quatre matchs depuis le changement d’entraîneur… Un triomphe.

On aura donc droit à une finale pour le maintien le week-end prochain entre Evian et Reims. Le genre de matchs dont Dupraz et les Hauts-Savoyards se sont faits des spécialistes (on se souvient encore du Sochaux-ETG de la dernière journée l’an passé). Le Stade de Reims n’a pas la rigueur pour ne pas encaisser de but et n’a pas le talent pour en marquer. Et comme cette équipe ne semble pas avoir l’énergie et la hargne que d’autres peuvent montrer dans une situation analogue… Ce match va être capital pour les deux équipes.

Et puis, les résultats de la soirée ont malheureusement entériné la relégation du RC Lens. Ce dénouement tragique était attendu, mais il n’empêche que cela fait mal au coeur de voir redescendre ce club historique et populaire. D’autant que l’avenir semble plus incertain que jamais du côté de l’Artois…

Pierrot