Lyon, Monaco : pas de débat
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Après ces matchs aller, les chances de finale européenne sont déjà presque réduites à néant pour Lyon, sévèrement battu à Amsterdam et pour Monaco, dominé par la Juve à Louis II.

Cela s’annonçait pourtant comme un mercredi sympathique pour le foot français. Au final, c’est un fiasco. Cela a commencé à l’heure de l’apéro, avec la terrible branlée reçue par l’Olympique Lyonnais à l’Amsterdam ArenA. L’OL qui était déjà inexplicablement mené 2-0 au repos, alors que l’Ajax avait montré de la détermination et un gros pressing, mais ne s’était créé que trois occasions. Deux buts donc, le premier sur coup de pied arrêté et le second sur un mauvais dégagement de Lopes sur lequel Diakhaby n’est pas bien placé et laisse Dolberg filer au but.

En face, pendant les 45 premières minutes, Lyon n’a rien montré. Faible défensivement, dominé au milieu, inexistant en attaque. Le problème c’est qu’en seconde période l’Ajax est monté d’un voire deux crans et a inscrit deux nouveaux buts. Et sans un très bon Lopez en fin de match, les Néerlandais auraient pu en marquer le double. Après le repos, le tournant c’est ce face-à-face perdu par Fekir devant Onana alors que Valbuena venait de réduire le score à 3-1. Derrière, l’OL a encaissé un quatrième but et la fin de match a ressemblé à une véritable débâcle. 

Comme trop souvent cette saison, la défense lyonnaise a été en-dessous de tout. Et puis, il y avait trop de joueurs un peu juste physiquement, comme Tolisso ou encore Lacazette, entré en fin de match pour essayer - en vain - de sauver ce qui pouvait encore l’être. À 4-1, il existe encore une petite chance avant le match retour mais les Lyonnais devront vraiment montrer autre chose la semaine prochaine, au Parc OL. 

Invraisemblable CR7

En soirée, on espérait que Monaco pourrait faire quelque chose en soirée face à la Juve. Sauf que ce match-là, on l’a déjà vu cent fois. L’ASM a d’abord eu du mal à rentrer dedans. C’est vrai que Bakayoko jouait avec le nez cassé, que Mendy était finalement absent et que Sidibé reprenait après son opération de l’appendicite. Mais c’est surtout cette Juve qui est vraiment forte. Elle est toujours aussi « pourrie » derrière, à l’image de Bonucci qui a miraculeusement terminé la rencontre. Mais elle a aussi de sacrés joueurs de foot, comme Pjanic et Dybala, qui a été extraordinaire. Quant à Daniel Alves, auteur d’une grosse prestation et de deux passes décisives, on se demande bien pourquoi le Barça n’a pas tout fait pour le retenir.

Et puis Higuain, qui avait la réputation de ne jamais marquer dans les matchs importants, y est allé de son doublé, malgré un embonpoint assez étonnant à ce niveau. C’est quasiment cuit pour Monaco, qui n’aura donc pas la tentation de faire tourner à Nancy en championnat, samedi. Parce que clairement, désormais la Ligue 1 demeure le seul et le plus important trophée à remporter pour les joueurs du Rocher. 

Enfin mardi, le Real a fait belle impression face à l’Atlético. L’équipe de Simeone est loin de son niveau des deux dernières saisons. J’ai trouvé Griezmann et ses coéquipiers extrêmement décevants, y compris sur le plan défensif. Le Real s’est appuyé sur ses points forts, toujours les mêmes : Marcelo, exceptionnel cette saison, Modric, Kroos et puis Benzema en bon Scottie Pippen d’un CR7 qui a donc, avec ce triplé, marqué huit buts sur ses trois derniers matchs de LDC. Qu’on aime ou pas Cristiano Ronaldo, on ne peut que s’incliner devant son invraisemblable efficacité devant le but.

Pierrot