dvd
Lyon lance son sprint
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Un OL retrouvé qui revient dans le coup pour la deuxième place, un derby breton explosif avec la confirmation d’une pépite et pour commencer, quelques paragraphes bien sentis sur la déliquescence de l’OM : un post comme on les aime !

C’était un gros dimanche que ce 6 mars, avec pas mal de grosses équipes à l’affiche. Enfin, supposées grosses équipes, parce qu’en voyant jouer l’OM… Les Olympiens auraient pourtant dû atteindre la mi-temps avec deux buts d’avance face à une équipe de Toulouse très fébrile, qui a tenu grâce au talent et à l’insouciance du jeune Lafont mais aussi à l’inefficacité des attaquants marseillais, entre le manque de vivacité de Fletcher et le manque d’altruisme de Batshuayi. Mais à force de ne pas marquer, l’OM a fini par concéder l’ouverture du score sur un long ballon de Didot par-dessus Rolando parfaitement exploité par Ben Yedder.

Derrière, l’OM a eu la réussite d’égaliser sur un but contre son camp de Somalia et en fin de match, Mandanda a réussi deux arrêts prodigieux qui ont empêché son équipe de perdre ce match. La capitaine phocéen qui a poussé une gueulante monumentale sur son coach, qui a donc fini avec 6 joueurs à vocation offensive. Mais sans aucun repli ni organisation, empiler les attaquants ne mène à rien. On avait déjà connu ce déséquilibre absolu en fin de saison dernière avec Bielsa. Mais la différence, c’est que cette fois l’OM ne joue pas pour une place en LDC mais végète à la 13e place, après pas loin de six mois sans gagner au Vélodrome.

C’est totalement anormal et les responsabilités de ce désastre sont partagées. 1. Des joueurs qui ne sont pas toujours dans le bon état d’esprit. Il ne suffit pas de tout donner contre le PSG deux fois par an. Il y a 36 autres matchs en championnat et ils valent tous trois points. 2. Un entraîneur qui ne sait visiblement ni les motiver, ni les organiser et encore moins les faire progresser. Et 3. Un président qui distille au compte-gouttes des informations invérifiables, glisse des peaux de banane sous le pied de son coach et parle de vente sans vraiment en parler… 

Cet été, Isla et Manquillo et leur clause hors de prix auront du mal à être conservés, N’Koulou et Mandanda, seront en fin de contrat, Diarra ne restera évidemment pas dans un club qui n’est pas à son niveau et Batshuayi aura forcément de grosses demandes en provenance d’Angleterre. Cette saison est aussi décevante que crispante pour les supporters marseillais. Mais j’ai peur que la prochaine soit encore bien pire…

Un gamin de 18 ans qui sait tout faire

En fin d’après-midi, on a eu droit à un derby de l’Ouest assez étonnant. Jusqu’à présent, les deux victoires obtenues à domicile sous l’ère Courbis l’avaient été grâce à deux CSC dans les arrêts de jeu. Cette fois, les Bretons menaient 4-0 à la mi-temps devant une formation nantaise totalement hors du coup sur le plan défensif, à l’image de sa charnière et notamment de Lorik Cana, qui s’est fait éclater par un gamin de 18 ans nommé Dembélé, qui va à 2000 à l’heure, qui sait tout faire, qui arme pied droit ou pied gauche en un temps record et qui a claqué un impressionnant triplé en une mi-temps. 

A la mi-temps, les supporters rennais étaient ravis. Comme souvent dans ce genre de matchs, le second acte s’est révélé plus anecdotique. Et moins maîtrisé par les Bretons, entre l’expulsion de Sio et la réduction du score d’Adryan. Mais voilà, tout le monde m’avait ri au nez il y a un mois, un mois et demi, quand j’avais dit que Rennes pouvait jouer le podium et à tout le moins l’Europe si la saison continuait à s’emmancher de façon aussi bizarre. A neuf journées de la fin, ils sont dans la course et joueront sans doute une grosse partie de ce ticket dimanche prochain dans leur stade, face à Lyon.

Lyon qui, aujourd’hui, semble non seulement être l’équipe la mieux placée pour la troisième place, mais aussi être capable d’aller enquiquiner Monaco pour la deuxième. L’OL est en effet revenu à 6 points de l’ASM à la faveur de son large succès sur une équipe de Guingamp qui a certes eu le louable mérite d’essayer de jouer au foot, mais qui est quand même beaucoup trop faible défensivement, surtout quand Lyon retrouve une qualité de jeu proche de celle qu’on lui connaissait la saison dernière. 

Quand les Rhodaniens arrivent dans les 30 derniers mètres, ça joue très vite, à une touche, et ça débouche sur des buts. Ghezzal, Lacazette et Cornet se sont fait plaisir et quand on pense que Fekir va bientôt faire son retour - avec toutes les réserves que la nature et la durée de sa blessure imposent - ça laisse présager quelques belles soirées à venir au Parc OL. Il faudra néanmoins que les Lyonnais fassent attention à ne pas perdre leur concentration défensive aussi souvent qu’hier soir, ce qui leur a coûté l’égalisation d’Erding et quelques situations chaudes sauvées par Lopes. Mais ce qui sûr, c’est qu’avec un OL à ce niveau, il faut autre chose qu’une équipe de Guingamp qui va se battre jusqu’au bout pour le maintien pour endiguer sa marche en avant vers la deuxième place. 

Pierrot