dvd
Lyon garde la main
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Un envahissement de terrain, une barre, un poteau, deux buts en une minute - dont un de Morel - et un président en tribune sud : la soirée a été agitée au Parc OL…

Avant de parler du match, je vais évidemment devoir évoquer ce qui s’est passé avant. Alors je sais bien que beaucoup de Turcs résidant en France ou de Français d’origine turque ont acheté leur billet sur internet ou aux guichets du Parc OL. Mais gouverner, c’est prévoir. Il aurait peut-être fallu déployer des forces de l’ordre plus conséquentes et aussi éviter cette invraisemblable connerie de placer les supporters turcs au-dessus de la tribune sud. Ce qui a obligé les supporters lyonnais à pénétrer sur la pelouse pour éviter les projectiles et les pétards qu’on leur balançait gentiment sur la tronche depuis l’anneau supérieur. 

On a donc eu droit à 45 minutes de retard et à des images détestables, a fortiori après l’explosion de mardi à Dortmund. Où, d’ailleurs, l’image laissée par les supporters du Borussia et ceux de Monaco était d’une tout autre classe. C’est vraiment regrettable et l’UEFA ne devrait pas en rester là. Le match s’étant joué à Lyon, j’ai peur que le club de Jean-Michel Aulas - qui a passé une heure dans la tribune sud pour tenter de calmer les esprits - soit sanctionné pour ces débordements.

Morel, pas si nul qu’on veut bien le dire

Le match a enfin pu démarrer et les Lyonnais l’ont mal entamé, prémices d’une première période extrêmement pauvre. Et l’OL a logiquement concédé l’ouverture du score, avec un but sur coup de pied arrêté - sur lequel la défense lyonnaise est encore une fois coupable - marqué par Babel, dont je ne savais même pas qu’il jouait encore au foot. Après le repos, les Lyonnais ont un peu repris les choses en main mais se sont souvent heurtés au gardien du Besiktas ou ont manqué réalisme, à l’image de Lacazette qui a manqué le but vide alors qu’il avait éliminé le dernier rempart stambouliote. 

Avec la barre de Fekir en première période et le poteau trouvé par la tête de Tolisso sur corner, ça commençait à faire beaucoup et on pouvait craindre que le leader de Süper Lig parvienne à conserver son maigre avantage jusqu’au bout. Mais l’OL a complètement renversé la situation en une minute, le temps d’inscrire deux buts de raccroc. Le premier par Tolisso sur un coup-franc de Valbuena prolongé par la cuisse de Talisca, le second sur un pressing aussi improbable que payant de Morel sur le gardien turc. Ça fait plaisir pour l’ancien Lorientais, qui se fait souvent allumer mais qui n’est pas aussi nul qu’on veut bien le dire. Alors au final, un seul but d’avance pour aller à Istanbul, c’est peu. Mais vu le scénario du match, c’est déjà pas mal. Et puis, les Lyonnais auront des occasions de marquer en contre, qu’il ne faudra pas gâcher…

Pierrot