Lyon gâche encore
Posté par Pierre Ménès le 7 Novembre 2018

Comment est-il possible de ne pas savoir tenir un score à ce point ? Alors que tout, absolument tout était réuni pour que l’OL fasse un énorme pas vers la qualification pour les huitièmes de finale, les hommes de Génésio ont lamentablement craqué dans la dernière demi-heure de jeu. Incompréhensible. Tout avait pourtant parfaitement commencé pour des Lyonnais disposés dans un inhabituel 3-5-2, avec Memphis et Fekir devant. 

Après un premier quart d’heure dominé par les Allemands, Fekir a ouvert le score suite une situation confuse et une partie de billard dans la surface. Dix minutes plus tard, Ndombélé concluait un mouvement côté gauche, sa frappe déviée trompant Baumann. Deux buts empreints de réussite qui permettaient à l’OL de voir venir en seconde période. Une situation d’autant plus confortable qu’après cinq minutes de jeu, les Lyonnais se sont retrouvés en supériorité numérique après l’expulsion logique de Kasim Nuhu. 

À ce moment du match, personne ne pouvait prédire ce qui allait se passer. Les Lyonnais ont commencé par vendanger des occasions de 3-0, avant de laisser Kramaric faire trente mètres sans opposition et déclencher une frappe dans le soupirail de Lopes. À 2-1, on se disait que l’OL allait quand même pouvoir gérer. Mais cette équipe manque tellement de maturité et d’intelligence de jeu… Car les situations qui leur auraient permis de reprendre deux but d’avance, les Lyonnais les ont eues. Mais combien de contres en supériorité numérique Depay, Fekir et Dembélé ont-ils gâchés ? 

N’ayant plus rien à perdre, Nagelsmann a tenté le tout pour le tout et après plusieurs occasions qui ont fait passer le frisson dans le Groupama Stadium, les Allemands ont fini par égaliser dans le temps additionnel, sur un coup de pied arrêté. Les Lyonnais sont évidemment sortis sous les sifflets de leurs supporters et c’est assez justifié. Alors évidemment, rien n’est perdu pour la qualification. Mais les données du problème ne sont plus les mêmes pour des Lyonnais qui vont accueillir une équipe de City probablement revancharde après le match aller pendant qu’Hoffenheim recevra le Chakhtior. 

Et surtout, ce nul au goût de défaite a encore montré les incroyables lacunes mentales - et peut-être physiques - de cette formation rhodanienne, qui s’est donc spécialisée dans la perte de points à la dernière minute. Quand tout va bien, cette équipe est capable de développer des mouvements intéressants et de marquer grâce à l’une des individualités. Mais dès qu’un grain de sable vient enrayer la machine, on a l’impression que l’équipe tout entière se liquéfie, ne sait plus défendre et rate tout ce qu’elle veut en attaque. Des manques qui, en Ligue des Champions, se paient immédiatement…

Pierrot