Lyon flanche encore

Posté par Pierre Ménès le 24 Février 2019

Pour tout vous dire, avant le Montpellier-Reims de 15h, je ne m’attendais pas à un sommet de football. Je m’attendais à un 0-0, de qualité mais un 0-0 quand même, entre deux des quatre meilleures défenses du championnat. Ce n’est pas du tout ce qui s’est produit, avec une victoire des Champenois 4-2. Cette équipe rémoise fait plaisir à voir, parce qu’elle a bâti son style de jeu sur une défense rigoureuse, bien organisée, intelligente et très calme. Puis elle a progressivement commencé à attaquer avec de plus en plus de précision et de clairvoyance. Une fois les fondations posées, ils ont commencé à mettre des fleurs dans le salon. L’équipe de Guion a réussi à gommer ses carences offensives avec un Oudin de plus en plus intéressant au fil des semaines. Marquer quatre buts à la Mosson, ce n’est pas anodin et Reims ajoute désormais une qualité de jeu qui la rend plaisante à regarder. 

Du plaisir à regarder, on n’en a pas eu beaucoup lors des deux autres matchs programmés à 15h. Avec pour commencer un Nantes-Bordeaux bien sinistre. Sauf que, si les Canaris ont toutes les excuses du monde de ne pas transmettre de joie de vivre dans leur jeu, les Girondins n’en ont aucune et ont encore sorti une prestation indigne, sans envie ni intensité, du niveau de ce que cette équipe montre depuis plusieurs semaines. Les Bordelais se sont donc logiquement inclinés sur une très belle volée de Pallois sur corner. On le sait, Pallois était le meilleur ami de Sala dans l’effectif nantais et ce but porte donc en lui quelque chose d’assez émouvant. J’espère que ce succès va redonner un peu le sourire à ce groupe qui en manque cruellement. 

Pour sourire à Toulouse, il faudrait que le Téfécé gagne un match au Stadium, ce qui ne lui est pas arrivé depuis le mois d’août. L’équipe de Casanova a encore livré une copie lamentable face à une équipe de Caen pourtant en grande difficulté ces derniers temps, mais qui est parvenue à ouvrir le score grâce à un but à bout portant de Crivelli. Il a fallu que Gradel sauve une fois de plus les Violets en arrachant le point du nul d’un coup-franc magnifique dans les arrêts de jeu. Sans l’Ivoirien dans ses rangs, je pense que Toulouse serait aujourd’hui lanterne rouge… Le Tef’ n’est d’ailleurs pas encore totalement sorti d’affaire et devra se méfier jusqu’à la fin. 

Jolie bosse et affaire d’État

Le niveau est heureusement un peu monté à 17h, avec des Rennais qui ont fait une très bonne première mi-temps en surfant sur l’euphorie de leur exploit sévillan et qui ont ouvert le score d’entrée sur une tête d’André déviée par Balotelli. L’OM était alors en grande difficulté, notamment sur le plan offensif où Thauvin et Balotelli étaient inexistants. Les Marseillais ont profité d’un coup de pompe assez compréhensible des Bretons au début du second acte pour égaliser par Germain, auteur d’un joli coup de tête qui lui a coûté une jolie bosse après un choc de têtes avec Da Silva. L’attaquant olympien était sonné et ne savait même pas qu’il avait marqué. 

En fin de match, Rennes a eu quelques occasions de l’emporter mais à l’arrivée, c’est un nul logique qui n’arrange aucune des deux équipes. Un match auquel Ben Arfa n’a pas pris part, sanctionné après avoir séché la mise au vert pour cause de fatigue. Qu’il soit fatigué et ne se sente pas bien, c’est son droit. Mais le moindre des professionnalismes, c’était de s’y rendre, de dire « je ne me sens pas de jouer » et de voir si le coach le renvoyait chez lui ou pas. Maintenant, il n’y a pas de quoi en faire une affaire d’État, il va prendre une amende et s’il a récupéré, il sera titulaire le week-end prochain.

Et puis, comme avant chaque match de l’OL cette saison, il faut lancer la pièce. Tombera-t-elle du côté lumineux ou obscur de la force ? C’est la surprise à chaque fois. Hier soir, c’était le côté sombre. Lyon était mené 2-0 à la mi-temps par une équipe de Monaco qui n’avait plus rien à voir avec celle qui avait perdu le match aller au Groupama Stadium il y a deux mois. Une jolie réalisation de Gelson Martins, auteur d’une frappe sèche après une feinte sur Mendy et un remarquable but en solitaire signé Lopes ont suffi. On a guetté la réaction lyonnaise en deuxième mi-temps. Elle n’est jamais venue. 

Les joueurs de Génésio ont pourtant eu l’occasion de revenir dans le match avec un penalty sifflé en leur faveur pour une faute de Glik sur Dembélé. Mais Subasic a très bien arrêté la tentative d’un Memphis toujours aux abonnés absents. J’ai une théorie sur l’OL : quand Tousart joue, le milieu rhodanien évolue trop bas. Et puis il faut aussi reconnaître que Ndombélé et Aouar sont loin de leur meilleure forme. Si l’OL sort une prestation de cet acabit au Camp Nou, ce sera un carnage. Mais comme d’habitude, ce sera du pile ou face. Si la pièce tombe du bon côté, l’OL avec Fekir nous offrira peut-être une nouvelle belle surprise.

Pierrot