Lyon euphorique, Marseille pathétique
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Alors que l’OM a cédé à Bastia et s’enfonce plus encore dans la crise, Lyon a fait le taf en l’emportant à Lorient et revient à 3 points de Monaco.

Avant de parler des matchs des deux Olympiques, on va d’abord revenir sur la nette victoire du LOSC à la Beaujoire, contre des Canaris lents et peu inspirés. Maintenant, quand on prend le parti de jouer avec Sigthorsson et Sala devant, il ne faut pas s’attendre à une mobilité à toute épreuve. Enyeama a réussi un arrêt assez extraordinaire sur un coup-franc de l’ancien avant-centre de l’Ajax mais on a rapidement senti que la maîtrise des Nordistes, pourtant handicapés par plusieurs absences - à commencer par celle de Boufal - allait prévaloir.

Eder a marqué un premier joli but, puis Sunzu de la tête a doublé la mise sur une mauvaise sortie de Riou et Eder encore lui, bien servi par Tallo, a clos la marque. C’est la quatrième victoire consécutive du LOSC, qui revient à la 7e place du classement. Alors évidemment, ce que fait Lille dans le jeu n’a rien d’extraordinaire - surtout sans Boufal qui est le créateur de cette équipe - mais elle a une solidité qui peut lui permettre de finir la saison avec une agréable surprise en forme d’Europa League.

Dans l’après-midi, on a eu droit à un match assez effroyable au niveau technique, entre Bastia et Marseille. Notamment la première mi-temps, qui était un véritable match de DH. Avec une équipe bastiaise qui avait certes beaucoup d’envie mais peu de justesse technique et une équipe olympienne informe, incohérente sur le plan tactique, totalement creuse sur le plan physique, sans envie et avec un manque de confiance rédhibitoire. Dès la reprise, il y a eu ce but invraisemblable avec Rolando qui court à côté de Kamano sans l’attaquer et Rekik qui marque contre son camp, puis le péno concédé par Mandanda.

Ghezzal, vrai plus de l’ère Génésio

Le match était plié en quelques minutes et ni le but de Batshuayi ni l’expulsion d’Alessandrini n’ont changé quoi que ce soit à l’issue de cette rencontre. Comme le dit Michel, l’OM est malade. OK, mais c’est aussi à cause de lui. Pas seulement bien sûr, mais l’entraîneur espagnol a sa part de responsabilités. Michel qui s’est envolé avec Labrune pour Zurich afin de voir Margarita Louis-Dreyfus dès ce lundi matin. Je ne vois pas comment le vol du retour pourrait se faire avec un Michel toujours entraîneur de l’OM. On pourrait alors s’orienter vers un intérim de Passi jusqu’à la fin de la saison qui pourrait assurer une certaine paix sociale au club. Il faudra bien ça parce que le prochain match, face à Bordeaux, pourrait être problématique en cas de nouvelle défaite. 

L’ambiance est évidemment beaucoup plus souriante pour l’autre Olympique, le Lyonnais, qui s’est imposé à Lorient. L’OL a réalisé un excellent début de match sous l’impulsion de Ghezzal, mais s’est ensuite un peu relâché et Waris en a profité pour ouvrir le score sur une passe de Barthelmé, mais une erreur de Gassama a permis à Lacazette d’égaliser juste avant la mi-temps. Et comme souvent avec Lorient, il suffit d’attendre la dernière demi-heure, quand les jambes bretonnes deviennent lourdes, pour faire la différence. Ghezzal - le vrai plus de l’ère Génésio - a donné l’avantage à Lyon avant que Lacazette - servi par Ghezzal - ne donne un aspect plus large à la victoire des Gones.

Voilà les Lyonnais revenus à trois points de Monaco, avec un point d’avance sur Rennes. La seconde place est désormais accessible, d’autant plus qu’à la lecture du calendrier, les Rhodaniens semblent tout de même bien mieux lotis que les Monégasques. Sans compter que Lyon accueillera l’ASM au Parc OL lors de l’avant-dernière journée de championnat pour un match qui pourrait être décisif pour l’attribution du fauteuil de dauphin du PSG.

Pierrot