Lyon enchante et déchante
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
En concédant le nul devant les Verts à l’issue d’un derby haletant, l’OL laisse à Paris l’opportunité de prendre le large.

Je vous le dis tout de suite, on va passer très rapidement sur le match entre Montpellier et Caen, disputé dans le marécage de la mosson et remporté par les locaux sur un but d’Hilton. Jouer sur une pelouse gorgée d’eau n’a aucun intérêt mais on nous explique qu’il n’y a pas de place dans le calendrier et qu’il fallait jouer ce match. Ok, mais il fallait prévenir que c’était du water polo et pas du foot... 

Paradoxe de la météo d’avril, s’il faisait un temps de chien à Montpellier, le soleil était radieux à Lille, où on a assisté à un match intéressant entre le LOSC et les Girondins. Cette équipe lilloise s’appuie désormais sur des moyens offensifs assez séduisants, avec les jeunes Rony Lopes - qui semble enfin épargné par les blessures - et Sofiane Boufal, qui se révèle être une bonne pioche avec notamment ses deux passes décisives du jour. 

Cette victoire replace l’équipe de Girard dans le haut du tableau. Un résultat un peu flatteur dans la mesure où Bordeaux s’est créé quelques belles occases mais a manqué de réussite et s’est heurté à un gardien qui, que son équipe joue bien ou mal, est toujours à son niveau. La fin de saison de Lille est excellente et on voit enfin du foot au Stade Pierre-Mauroy. 

Et puis on attendait beaucoup du 110e derby à Gerland. On a eu droit à un grand match. Enfin, pour être tout à fait juste, je dirais plutôt, un bon match de Sainté et un très grand match de Lyon. La première demi-heure rhodanienne a été absolument exceptionnelle. Sans Ruffier, sans la barre, sans deux sauvetages de Perrin, les Verts auraient pu se retrouver menés deux ou trois buts à zéro. Et il n’y aurait rien eu à redire.

 

Fekir le magicien

Une entame tonitruante et magnifique de justesse sur le plan offensif, récompensée par l’ouverture du score de Njie sur une belle passe de Fékir - dont je reparlerai plus tard dans ce post. Et puis il y a eu ce point de bascule avec le penalty et l’expulsion de Rose, totalement justifiée contrairement à ce que j’ai eu la bêtise de dire sur le plateau du CFC car Umtiti est pris à contre-pied et le ballon semblait aller dans le but. Ce qui me gêne plus dans cette action, c’est que le hors-jeu passif d’Erding n’est pas si passif que ça puisqu’il doit s’effacer pour laisser passer le ballon. 

Derrière, sur un très bon ballon de Corgnet, Hamouma a donné l’avantage aux Verts après un grand pont sur Lopes et de façon tout à fait miraculeuse, les hommes de Galtier menaient 2-1 au repos. Mais dès la reprise, l’OL a égalisé sur un coup-franc de Fekir bien coupé par Jallet au premier poteau. Le néo-Bleu a illuminé ce match et, c’est un mot que j’emploie assez rarement pour un joueur de son âge, je trouve que c’est un vrai magicien avec le ballon. 

Seulement, à dix et avec ce troisième match en huit jours, les Lyonnais ont logiquement commencé à baisser de pied et comme Sainté n’a pas vraiment cherché à gagner ce match, le score n’a plus bougé. D’un point du vue strictement comptable, c’est une mauvaise opération pour Lyon, qui offre au PSG la possibilité de prendre trois points d’avance en cas de succès face à Metz en match en retard. Mais j’ai quand même été surpris de la réaction des Lyonnais, qui semblaient presque avoir renoncé au titre à l’issue de la rencontre. 

Avec trois points de retard et un calendrier qui me paraît un peu plus favorable que celui du champion en titre, l’OL a, de mon point de vue, encore toutes ses chances. A moins que tout ça ne soit que pure stratégie… Quoi qu’il en soit, du strict point de vue de la qualité de jeu, il n’y a pas grand chose à dire si ce n’est que ce Lyon cru 2014-2015 aura réalisé une bien belle saison.

Pierrot