dvd
Lyon dérape, Monaco se rattrape
Posté par Pierre Ménès le 12 Mai 2018

Cette avant-dernière journée a été invraisemblable puisque tout s’est joué lors des dernières minutes dans les matchs qui comptaient pour la Ligue des Champions. Monaco l’a emporté sur penalty dans les arrêts de jeu face à Saint-Etienne, l’a « finalement » emporté sur penalty ai-je envie de dire, car il y en a eu au moins deux d’oubliés en faveur des Monégasques dans ce match. La première période a été absolument affligeante, c’était mieux en seconde quand les deux équipes se sont un peu plus lâchées.

Monaco où - et c’est une bonne nouvelle pour l’équipe de France - l’entrée de Sidibé a été déterminante. L’ASM se retrouve donc deuxième du championnat. Pourquoi ? Parce que ses deux concurrents ont failli à l’extérieur. L’OM de façon assez incroyable au Roudourou dans la mesure où les Olympiens menaient 2-0 après un quart d’heure de jeu face à des Guingampais qui donnaient alors l’impression de ne pas être bien concernés par un match sans enjeu pour eux.

Mais ils ont ensuite commencé à se créer des occasions, Grenier a mis un doublé - dont un penalty - et sur le second péno accordé aux Bretons, Mandanda a été expulsé en faisant faute sur Briand qui venait de le dribbler. Marseille, très diminué par les absences de Payet, Rami et Gustavo, a encore montré toute l’étendue de son caractère en allant égaliser à dix contre onze. Malheureusement, j’ai bien peur que ce soit trop juste pour finir sur le podium.

Pourtant, Lyon a fait ce qu’il fallait pour maintenir l’espoir des Marseillais en s’inclinant de façon assez incroyable à la Meinau. Les Lyonnais étaient très logiquement menés au score à la pause après une première période totalement ratée, sur un but de Bahoken consécutif à une grosse erreur de Diakhaby, qui est d’ailleurs responsable sur les trois buts encaissés par l’OL. Ah, le club a bien fait de magouiller pour l’empêcher d’être suspendu hier soir : au final, c’est lui qui a creusé le tombeau de Génésio et ses joueurs.

Lille serein, Rennes européen

Affaiblis une nouvelle fois par les blessures - Aholou et Martin sortis en cours de seconde période -, les Strasbourgeois ont reculé et concédé un penalty obtenu et transformé par Fekir, puis un joli but d’Aouar suite à une-deux avec Depay. On pensait alors que l’affaire était pliée mais dans la dernière minute, Da Costa qui n’avait pas joué depuis près de trois mois a égalisé de la tête avant que Liénard ne donne la victoire aux Alsaciens de son pied gauche magique sur un coup-franc splendide dans la lucarne opposée. Une belle récompense pour le Racing, qui n’avait pas gagné depuis le mois de février mais est mathématiquement sauvé.

Une autre équipe maintenue, c’est le LOSC. La tragi-comédie du club nordiste s’est achevée hier soir avec une troisième victoire consécutive obtenue grâce à un doublé de Mothiba. La place de barragiste se jouera donc entre Troyes et Toulouse. Le Téfécé a pris une raclée à Bordeaux avec un cruel doublé de Braithwaite contre son ancien club pendant que les Troyens allaient chercher le point de l’espoir à la Mosson. Les Toulousains sont très faibles en cette fin de saison et ne sont donc pas sauvés, même si l’ESTAC devra battre Monaco pour espérer leur chiper la place de barragiste.

Côté européen, la défaite de Saint-Etienne fait le bonheur de Nice, large vainqueur de Caen et surtout de Rennes, qui est allé s’imposer 2-0 et assurer sa place en Ligue Europa au Parc face au fantôme du PSG. Le PSG qui est à peine sorti de ses vacances pour gagner la Coupe de France face aux Herbiers et qui bafoue l’esprit du foot depuis trois semaines. Ce n’est pas très professionnel ce que font les Parisiens, y compris vis-à-vis de leur entraîneur qui méritait une autre sortie pour son dernier match au Parc que cette bouillie de foot avec une équipe amorphe et qui se fout de tout. Je veux bien qu’il y ait une Coupe du Monde à préparer, mais il y a des limites.

Pierrot