Lyon cale encore

Posté par Pierre Ménès le 31 Août 2019

Cette 4e journée a commencé avec la victoire d’un demi-PSG à Metz. Et un demi-PSG à Metz, ça suffit pour gagner. Le match n’a eu aucun intérêt, avec deux buts sur coup de pied arrêté, un penalty de Di Maria et un coup de tête de Choupo-Moting sur un coup-franc de Verratti. Le plus intéressant s’est passé après le match avec la conférence de presse improvisée (?) de Leonardo, qui a bien recadré les choses. Quand je l’ai entendu parler, la première chose que je me suis dite c’est que la presse espagnole devrait avoir honte de toutes les merdes qu’elle a annoncées depuis deux mois sur le transfert de Neymar.

D’après le directeur sportif du PSG, il n’y a eu qu’une seule proposition écrite, datée du 27 août. Cela veut dire que les cinq cents précédentes n’étaient que de la flûte. C’est comme pour Dembélé. Non seulement il n’a jamais voulu aller à Paris, mais en plus de cela on ne lui a jamais demandé d’y aller. Voilà, ce triste feuilleton se termine, même si avec Neymar, un autre devrait vite débuter puisqu’il y a toujours quelque chose à dire autour du Brésilien. L’autre enseignement à retenir de la sortie médiatique de Leonardo, c’est que le PSG ne sera pas « bling-bling » cette année. Et le symbole de ce PSG « pas bling-bling », c’est Gueye. Le Sénégalais n’est pas « strass et paillettes », mais il est très utile, gratte beaucoup de ballons et soulage Verratti. Parmi les recrues parisiennes, il est sans doute le plus intéressant jusqu’ici. 

Samedi après-midi, Lyon a fauté face à Bordeaux. Les Lyonnais ont ouvert le score par Depay, d’une frappe ultra-croisée du gauche sur laquelle Costil n’est pas inoubliable. Mais Bordeaux, qui n’avait encore rien montré jusque-là, s’est repris après le repos. L’OL a commencé à subir, la situation n’a fait qu’empirer avec l’expulsion de Mendes et c’est un ancien de la maison, Jimmy Briand, qui a fini par égaliser. Tous ceux qui disaient que Lyon serait un adversaire pour le PSG après deux journées en sont pour leurs frais. Depuis, l’OL n’a pris qu’un point. Maintenant, comme je trouvais qu’il était trop tôt pour être aussi enthousiaste après deux matchs, je ne vais pas m’alarmer non plus après quatre. Mais on a quand même vu des comportements et des problèmes récurrents qui rappellent un peu trop la saison passée…

« Effet Gourcuff » à Nantes

Et puis, longtemps le samedi soir a été sordide et ne s’est débloqué qu’après la pause sur tous les terrains, excepté à Nîmes où les Gardois avaient déjà fait le break au repos grâce à deux jolis buts signés Ferhat et Valls. Brest était alors totalement dépassé, Larsonneur étant contraint de multiplier les voltiges. Et puis les Bretons se sont repris en seconde période, ce qui a donné lieu à un match spectaculaire avec un Bernardoni qui a aussi dû s’employer, jusqu’au retourné de Denkey qui a scellé la marque. C’est une belle victoire pour les Crocos. 

A part ça, Angers a bénéficié de son calendrier favorable - trois réceptions en quatre journées - pour enfoncer une équipe de Dijon dont le chemin de croix annoncé se confirme match après match. Les Bourguignons en sont à quatre défaites en quatre matchs et ne montrent rien. Pire, ils ont marqué le premier but angevin eux-mêmes, avec ce CSC de Muzinga sur lequel je me demande bien ce que fait Runarsson. Toulouse-Amiens a été longtemps verrouillé avant que Makengo n’ouvre le score d’une magnifique frappe du gauche. J’ai un peu de mal à comprendre pourquoi Nice a prêté ce joueur que je trouvais déjà intéressant l’an dernier - l’OGC Nice a peut-être d’autres ambitions désormais… Les Toulousains dont les capacités offensives sont peut-être un peu supérieures à celles de la saison passée ont effacé leur non-match au Parc. En face, le comportement des Amiénois a été assez inquiétant pour la suite.

Et puis il y a un vrai « effet Gourcuff » à Nantes. Les Canaris ont fini par l’emporter dans un match très serré face à une équipe de Montpellier toujours aussi bien organisée défensivement. Cela fait sept points en trois matchs depuis l’arrivée de Gourcuff. L’équipe joue plus au foot, l’absence de Rongier - probablement en partance pour l’OM - ne s’est pas fait sentir. Il faut que cela dure mais pour l’instant, la pioche Gourcuff fonctionne parfaitement à Nantes. 

Pierrot