Lyon a craqué, Bordeaux a tenu
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Un sur deux. Lyon a perdu la qualif' dans les arrêts de jeu face à Tottenham alors que Bordeaux a arraché la sienne en anesthésiant le Dynamo Kiev.

Nos deux derniers représentants en Ligue Europa tentaient hier soir de se qualifier pour les 8e de finale et c'est Lyon qui ouvrait le bal face à Tottenham. Un match retour qui a finalement ressemblé à celui de l'aller, avec de longues batailles au milieu de terrain et à l'arrivée, assez peu d'occasions sur l'ensemble des deux matchs. Lyon a ouvert le score sur un coup-franc de Grenier coupé de la tête par Gonalons au premier poteau. Un but sur lequel Friedel n'est d'ailleurs pas inoubliable.

Derrière, l'OL n'a pas vraiment été mis en danger et il a fallu attendre l'heure de jeu pour que les Spurs, beaucoup moins à l'aise que ce qu'ils montrent habituellement en Premier League, sortent un peu et se créent quelques occasions. Certaines actions auraient pu valoir un pénalty, une sur Lacazette et une sur Lennon. Et puis alors qu'on entrait dans les arrêts de jeu et que l'OL semblait tenir sa qualif', Dembélé a sorti une frappe "à la Bale" qui a ruiné les espoirs rhodaniens.

Tottenham passe donc d'extrême justesse. C'est dommage. Pas totalement immérité, mais dommage parce que l'OL a fait bonne figure face à une formation qui fait d'excellentes choses en Premier League. Ce qui est sûr, c'est que le calendrier lyonnais s'en trouve grandement allégé, ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose dans l'optique de décrocher une place qualificative pour la Ligue des Champions en championnat. Même si évidemment, ce soir c'est la déception qui prévaut chez les joueurs de Rémi Garde.

Pas brillants mais volontaires

Et puis à 21h, Bordeaux a décroché sa qualif' en battant le Dynamo Kiev sur le plus petit score. Alors une nouvelle fois, la manière n'était pas au rendez-vous, d'autant que Gillot avait laissé du monde (Plasil, Maurice-Belay et Ben Khalfallah en plus des blessés) sur le banc et lancé des jeunes, notamment le petit Poundjé qui a été plutôt bon à gauche. Alors soyons clairs : Bordeaux a été dominé dans les grandes largeurs pendant tout le match.

Clairement, le Dynamo possède plus de talent que les Girondins, mais cette saison la solidarité défensive est le point fort de l'équipe de Gillot - malgré l'accroc de dimanche face à l'OL. Après avoir tenu pendant 40 minutes, Bordeaux a ouvert le score par un Diabaté opportuniste, qui a poussé au fond une déviation de Sertic à la retombée d'un corner de Trémoulinas. Pas brillants mais volontaires, les partenaires de Carrasso ont ensuite contenu les vagues ukrainiennes en seconde période, un schéma qui s'inscrit parfaitement dans les qualités girondines cette saison.

Alors je le redis : je ne suis pas fou-fou de la manière et on n'a encore pas passé une grande soirée de football à Chaban. Mais bon, en Coupe d'Europe et à plus forte raison quand une équipe française nous rapporte de précieux points pour l'indice UEFA, on va surtout retenir que Bordeaux passe un tour après ces deux matchs compliqués et s'offre une belle affiche face à Benfica en 8e de finale.


Pierrot