Lopes sauve Lyon
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Hier soir, le sommet de la Ligue 1 entre Lyon et Paris a tenu toutes ses promesses. Si l'arbitrage a été au cœur des débats, les Rhodaniens peuvent clairement remercier Lopes de les avoir sauvés à plusieurs reprises...

Ce dimanche a été dominé par le choc entre Lyon et le PSG. Nous passerons donc très rapidement sur les matchs de l'après-midi. Nous avons eu le droit à un fort pauvre Nantes-Nice avec, comme seul fait de jeu, un but injustement refusé à Carlos Eduardo. Pour le reste, c'était le néant absolu.

Dans l'autre rencontre, on retiendra la belle victoire de Guingamp sur Monaco. Pourtant, l'ASM a joué à 11 contre 10 pendant 70 minutes suite à l'expulsion très sévère de Diallo. Une belle action collective, avec une dernière passe de Beauvue, a permis à Lévêque d'ouvrir le score. En fin de match, les Monégasques ont beaucoup attaqué et se sont créés pas mal d'occasions. Seulement il y avait Lössl et surtout, trop peu de joueurs offensifs ont été alignés par Jardim au coup d'envoi. En pointe, Berbatov a progressivement disparu. 

Le gros morceau de la soirée était donc à Gerland. Nous n'avons pas été déçus par la qualité du match, loin de là. On a même eu le droit à une rencontre de très beau et de très haut niveau. L'entame de match a clairement été à l'avantage des Parisiens avec deux grosses occasions. Pour changer, Cavani a manqué la première en butant sur Lopes. Quant à David Luiz, il n'a pas cadré sa tête alors qu'il était seul face au but. Lyon a progressivement réussi à desserrer l'étreinte. En touchant le poteau, Tolisso a mis son équipe sur les bons rails. Après une superbe action collective et une très bonne passe de Fekir, Njie ne s'est pas fait prier pour ouvrir le score. 

 

Un pénalty logiquement retiré

En seconde période, le PSG a totalement pris la direction des opérations en accumulant les grosses occasions. Cavani a encore raté deux face-à-face et Zlatan, de la tête, a buté par deux fois sur Lopes. Finalement, Paris est revenu au score grâce à un pénalty logiquement sifflé après une faute de Rose sur Verratti. Lopes l'a sorti mais M.Turpin a fait retirer Ibra. Une décision justifiée, dans la mesure où trop de joueurs - à commencer par Bedimo - étaient dans la surface au moment de l'exécution. Une fois de plus, c'est le règlement et les joueurs sont quand même censés le connaître. 

Pendant le débrief du CFC, on a eu le droit à une très grande sortie de Jean-Michel Aulas qui s'est beaucoup plaint de l'arbitrage. On avait envie de lui dire que si M.Turpin avait été si fébrile en seconde période, c'est peut-être aussi parce que les Lyonnais ont cru bon de lui mettre la pression toute la semaine en évoquant le comportement des Parisiens et notamment d'Ibra.

Alors le président de l'OL n'a pas eu tort dans tout ce qu'il a dit. Je pense qu'il y avait bien une faute de David Luiz sur Gourcuff dans la surface en fin de première période. Par contre, la contestation de Cavani ne valait pas un carton rouge, il ne faut pas déconner. Ou alors, on organisera bientôt des matchs de basket sur les terrains de foot ! Enfin, il n'y avait pas pénalty non plus sur la main de Matuidi, qui n'a clairement pas le temps de la retirer.

 

Pourvu que ça dure...

Certes, ça fait beaucoup de faits de jeu discutables mais l'OL est un peu l'arroseur arrosé de l'histoire. À force de mettre une pression démesurée sur l'arbitre, ça s'est retourné contre eux. Après, au-delà de ça, il y a la physionomie de la partie et le match nul est presque heureux pour Lyon tant le PSG s'est créé des occasions. Sans un Anthony Lopes exceptionnel, Paris serait reparti avec les trois points. 

Lyon garde donc ses deux points d'avance et l'OM est toujours deuxième. Mais les prochaines journées pourraient bien faire bouger les choses puisque Paris va jouer deux fois à domicile contre Caen puis Toulouse. Ce championnat est toujours aussi ouvert et passionnant. Pourvu que ça dure...

 

Pierrot