Lille s'envole, Marseille recolle

Posté par Pierre Ménès le 10 Mars 2019

Ce dimanche a commencé avec un match de haut de tableau capital : Saint-Etienne-Lille. Capital parce que les Verts pouvaient recoller au quatuor de tête et parce que le LOSC avait l’occasion de prendre 7 points d’avance sur Lyon. Les Nordistes ne s’en sont pas privés. Je dirais même que cette victoire 1-0 représente le service minimum tant les hommes de Galtier se sont créé de grosses occases. Ruffier a longtemps retardé l’échéance mais s’est incliné sur un contre de 50 mètres de Pépé qui a humilié Subotic en vitesse pure avant que le défenseur serbe, dans un ultime retour, ne détourne la frappe de la fusée ivoirienne et trompe son propre gardien. 

Sainté n’a pas montré grand chose à part une belle occasion de Beric. Les Verts ont surtout perdu leurs nerfs en fin de match, Debuchy récoltant un second carton jaune pour une altercation avec Ikoné et Khazri, à qui on avait dit au CFC qu’il devait se calmer, s’est fait exclure pour des propos injurieux envers l’arbitre. Cette fin de saison ne sent pas très bon pour les hommes de Gasset, exclu lui aussi pendant la rencontre. Au contraire de celle du LOSC, qui possède aujourd’hui 10 points d’avance sur le 4e, ce qui signifie que sa place en Ligue des Champions - au moins le tour préliminaire - est quasiment assurée.

Dans le même temps, Toulouse a péniblement battu Guingamp sur un but de Sanogo au terme d’un match d’une rare médiocrité. Je n’ai rien vu dans le comportement des Bretons qui pourrait laisser croire qu’ils veulent se battre pour se maintenir. Le Téfécé, qui a évolué en supériorité numérique pendant tout le second acte suite à l’expulsion de Coco pour un attentat sur Gradel, n’a pas montré grand chose non plus, mais assure l’essentiel avec cette victoire. L’affiche ne faisait pas rêver, le match non plus. 

C’était le 1000e match de Montpellier en Ligue 1 et je vais m’attarder un peu dessus car je trouve qu’il devrait servir de leçon aux deux équipes. En première période, Angers fait un non-match, refuse le jeu et se retrouve très vite mené 2-0. En seconde période, Montpellier refuse le jeu, Moulin fait rentrer Fulgini et Reine-Adélaide et comme par hasard, Angers se met à jouer au foot et marque deux buts magnifiques. J’espère que ces deux formations qui savent jouer au ballon quand elles le veulent ont compris qu’il existe une prime au jeu, une prime à l’attaque. Cette équipe du SCO a 35 points, elle est bien au chaud et a largement les moyens de montrer un visage plus séduisant.

Rennes remet ça

Et puis on attendait Rennes au tournant après son gros match face à Arsenal et les Bretons nous ont livré un scénario copie conforme : ils ont encaissé l’ouverture du score, leur adversaire a reçu un rouge, ils ont égalisé par Bourigeaud sur une situation de coup-franc et l’ont finalement emporté 3-1. Face à eux, les Caennais ont fait preuve de courage mais sont trop faibles techniquement. Sans doute trop pour la Ligue 1. Et puis, quand il y a des joueurs comme Sarr en face… 

L’attaquant sénégalais a fait expulser Armougom et a délivré deux passes décisives remarquables. C’est un joueur de haut niveau, qui tombe très facilement mais qui fait aussi des différences énormes. Avec ce succès, Rennes peut désormais se tourner vers son rêve européen, qui se jouera jeudi à l’Emirates Stadium face à une équipe d’Arsenal qui battu Manchester United 2-0 en Premier League. Un score qui éliminerait Rennes. Mais on peut aussi imaginer les Bretons marquer à Londres. En tout cas, ce sera une rencontre à suspense et porteuse d’espoir, pour les Bretons comme pour le foot français. 

En soirée, Marseille-Nice a été d’une médiocrité technique assez avancée. Un match largement dominé par l’OM, face à une équipe du Gym composée essentiellement de joueurs défensifs et qui était venue pour subir et cadenasser le jeu offensif marseillais, longtemps imprécis et stérile. Et puis sur un centre d’Ocampos, Balotelli a placé une jolie tête hors de portée de Benitez qui a suffi à donner la victoire à son équipe. Car Nice n’a évidemment pas les moyens offensifs de répondre à une ouverture du score. Cela fait désormais 16 points pris sur les 6 derniers matchs par les Phocéens, qui reviennent à trois points de Lyon. L’OL qui se focalisait sur sa chasse au LOSC va désormais devoir regarder dans son dos. Même si évidemment, le week-end prochain l’OM va jouer son match le plus difficile de la saison au Parc…

Pierrot