Lille passe (encore) au travers
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Une défaite 3-1 à domicile face au BATE Borisov pour entamer sa campagne européenne. Le LOSC pouvait-il faire pire ?

Je vous avoue que je suis assez dépité par ce que j'ai vu ce soir, sur la pelouse du Grand Stade de Lille. Depuis le début de la saison, c'est vrai que le LOSC ne joue pas bien. A part le match inaugural à Saint-Etienne en championnat, le constat est récurrent : Lille est faible défensivement. Alors, je rigole quand je repense aux commentaires auxquels j'ai eu droit mercredi : "Ouais Pierrot, Kiev était nul, on jugera Paris face à une vraie équipe."

Vous trouvez que Kiev était plus faible que le BATE Borisov ? Moi non. Le truc, c'est surtout que Lille était bien moins bon hier soir que Paris ne l'a été mardi. Et le gros problème de cette équipe, c'est qu'elle est monorythmique. Personne n'est capable d'accélérer ou de percuter. A part Debuchy côté droit, mais on parle d'un latéral. Le petit Digne est déjà au taquet en ce moment et ne peut pas faire plus.

Au milieu, Mavuba, Balmont et Martin jouent eux aussi sur le même tempo. Et devant, De Melo a du mal, Payet ne va pas assez vers le but - alors qu'il est le seul à pouvoir le faire - et Kalou est le même à Lille qu'à Londres : il peut sortir un bon truc de temps en temps, mais demeure un joueur éminemment inconstant. Du coup, cette équipe n'a aucune force de percussion et de pénétration. On dirait qu'elle a toujours le cul entre deux chaises.

Hazard, Gervinho, Sow...

Et face à des Biélorusses pas franchement brillants mais sacrément réalistes devant, ça faisait 0-3 à la mi-temps. Alors oui, le deuxième but est entaché d'un hors-jeu. Mais bon, ça ne change rien au fait que ce n'était que le BATE Borisov en face. Le seul but lillois a été marqué sur un coup de pied arrêté, par un défenseur. Tout un symbole. Rudi Garcia semble s'inquiéter du fait que son équipe encaisse au moins un but à chaque match. Certes.

Mais c'est aussi au niveau de l'attaque qu'il y a un souci. Au-delà de la perte d'Eden Hazard que j'ai déjà évoquée à maintes reprises, le LOSC a aussi laissé partir ces deux dernières saisons Gervinho et Sow. Qui peut se permettre de perdre trois attaquants de cette qualité sans que ça se voit ? Même si les Nordistes doivent faire attention sur le plan financier, il est clair qu'ils ne pourront pas faire grand chose en LDC sans un ou plusieurs attaquants de haut niveau.

Pour le moment, le coach lillois alterne entre Roux et De Melo devant, sans qu'aucun des deux ne donne franchement satisfaction. A l'arrivée, avec une défaite aussi nette à domicile d'entrée de jeu, Lille a déjà bien hypothéqué ses chances de qualification. On pouvait pourtant penser ou espérer que le LOSC aurait retenu la leçon de la saison dernière. Visiblement, il n'en est rien…

Pierrot