Ligue 1 : mon équipe type des matchs allers
Posté par Pierre Ménès le 28 Décembre 2018

Lecomte : Un truc m’a effaré dans les votes de L’Équipe, c’est que le gardien de Strasbourg Matz Sels n’apparaissait même pas parmi les propositions. Pourtant, je me suis tâté pour le mettre dans mon équipe type tant le gardien belge a été déterminant avec le Racing. Mais Lecomte est le plus régulier, il est le gardien de la deuxième défense du championnat, il est en pleine progression et on risque de le voir bientôt dans un club à forte ambition et postuler à la succession de Lloris en équipe de France. Derrière lui, Maignan et Ruffier se sont également distingués.

Lala : Pour moi, c’est le meilleur en France à ce poste sur les matchs allers. Alors on est bien d’accord, ce n’est pas le défenseur le plus brillant, mais au niveau de la participation au jeu il est remarquable, avec déjà six passes décisives. Il est aussi capable de jouer à gauche pour dépanner. J’ai hésité avec Aguilar, qui est très bon aussi. À Paris, Meunier a souffert de la concurrence un peu inattendue de Kehrer. 

Marquinhos : C’est l’un des prodiges réussis par Tuchel cette année : avoir installé « Marqui » à ce poste hybride mi-sentinelle mi-libéro dans lequel il excelle. Pourtant, je n’y croyais pas une seconde quand j’avais vu ses débuts dans cette position à Liverpool et à Nîmes. Mais ce joueur a une telle capacité d’adaptation, une telle rage de vaincre… Quand on dit que les joueurs du PSG manquent de caractère, lui n’est clairement pas concerné. 

Thiago Silva : À 34 ans, il est enfin redevenu « O Monstro ». Il a fait des matchs sensationnels, avec en point d’orgue une prestation quatre étoiles au Parc face à Liverpool. Il a toujours ce côté émotif, mais moi cela ne me dérange pas. L’émotion en sport, on peut aussi aimer ça. Un défenseur fantastique.

F. Mendy : On l’a vu venir l’an passé mais c’est cette année qu’il a véritablement explosé, avec une première sélection très réussie en équipe de France. Il est aussi bon offensivement que défensivement, ce qui est à souligner. C’est vraiment un élément de très grand avenir à ce poste où les Bleus, avec Hernandez et le Mendy de City, sont bien équipés.

M’Vila : J’adore ce joueur. Parce qu’il a ce que j’aime le plus dans la football : la qualité de passe. Ses transversales sont remarquables, ses passes dans les petits espaces intelligentes… Pour se rendre vraiment compte des qualités de M’Vila, il faut se souvenir du niveau de Selnaes avant son arrivée et de celui du Norvégien aujourd’hui. Il lui reste à récupérer la densité physique qu’il avait auparavant mais c’est vraiment un joueur remarquable.

Ndombélé : Il a confirmé sa bonne première saison en Ligue 1 l’an passé. Ses prises de balle, sa puissance sur les premiers mètres et sa capacité à perforer lui permettent de se sortir de situations compliquées ou de faire la différence. Il a eu quelques passages à vide et c’est là-dessus qu’il lui faudra travailler. Lui aussi a fait son apparition chez les Bleus et il devrait rapidement y faire son trou.

Aouar : La finesse technique personnifiée. Il a eu un peu de mal à démarrer mais il a vite pris la dimension de son poste et a fait plus d’efforts qu’il ne le faisait au début. Dans l’intelligence de jeu, la technique et la qualité de passe, c’est du très haut niveau. 

Neymar : Son replacement dans l’axe lui a été bénéfique et je pense qu’il a compris beaucoup de choses. Les gens ont un peu oublié qu’il était arrivé à la Coupe du Monde à court de forme et de compétition. Alors il a parfois simulé mais bon, vu le nombre de coups qu’il prend dans un match, il ne se jetait pas tout seul au sol en permanence non plus. Il a gommé ça depuis et surtout, Neymar c’est but(s) et/ou passe(s) décisive(s) à chaque match, quel que soit l’adversaire. Quand il n’est pas là, le PSG n’est pas le même. Et surtout, il a l’air enfin heureux à Paris.

Pépé : La révélation de cette première partie de saison. On a loué la BIP de Lille mais on s’aperçoit que dans ce trio, le très haut niveau c’est surtout le « P ». Il a une accélération foudroyante et une justesse technique à la conclusion que n’ont pas toujours les joueurs très rapides.  

Mbappé : Un chiffre résume tout le concernant : 12 matchs, 13 buts. Quand on voit le nombre d’occasions qu’il rate encore, parce qu’il va trop vite, on se dit que le potentiel de ce joueur demeure inexploré. Ce que j’apprécie chez lui c’est que, même lorsqu’il n’est pas bon, comme contre Liverpool au Parc lorsqu’il souffrait de l’épaule, il est quand même décisif sur les deux buts. À 20 ans, ce garçon n’a même pas besoin de régner sur le match pour être décisif. À ce poste, Sala s’est aussi montré très efficace mais son apport dans le jeu est moindre.

 

Coach 

Tuchel : Beaucoup d’entraîneurs ont fait du bon boulot ces cinq derniers mois : Der Zakarian, Gasset, Guion, Laurey, Génésio, Galtier… Mais je trouve que le technicien allemand a réussi un vrai tour de force en parvenant à changer la mentalité du club parisien. Cela a pris un peu de temps, mais on a été très sévère avec le PSG en début de saison en oubliant que beaucoup de joueurs étaient allés loin en Coupe du Monde, ce qui a forcément entraîné un retard de préparation. Beaucoup de choses sont à mettre à son crédit. Des choix très forts comme la mise sur le banc de Rabiot, le nouveau rôle de Marquinhos, le repositionnement de Neymar, l’éclosion de Diaby. Tuchel a fait du PSG un laboratoire tout en parvenant à maintenir une haute qualité de jeu. 

Pierrot