Ligue 1 : mon équipe-type de la saison (B)
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Equipe-type machin, onze idéal de truc… Ne vous y trompez pas : la seule équipe-type homologuée, la vraie, l'unique, est ici. Et c'est la mienne. Mais que ça ne vous empêche pas de la commenter et même de la contester ! On commence avec l'équipe B.

MANDANDA : Le paradoxe de Steve, c'est qu'il a failli être dans l'équipe A, mais qu'il aurait pu aussi être numéro 3. Le portier marseillais a connu une première partie de saison délicate, et a en revanche été extraordinaire lors des matchs retours. Avec comme symbole ce match quasi-parfait à Lille. Il reste en tout cas le meilleure gardien français de Ligue 1.

JALLET : Lui, c'est un peu "la belle histoire" du PSG. Lorsque j'étais à Reims, il était à Niort et je voulais le faire venir en Champagne mais il avait logiquement préféré aller à Lorient en Ligue 1. Quel chemin parcouru depuis… Il a connu des hauts et des bas, mais même la concurrence de Van Der Wiel - qui a raté sa saison - ne l'a pas perturbé. A défaut d'être un grand défenseur, c'est un bon footballeur et un mec absolument délicieux dans la vie, ce qui ne gâche rien.

CHEDJOU : Malheureusement, il va quitter la Ligue 1 pour le championnat turc. Il a été l'un des meilleurs lillois cette saison, a fait preuve d'énormément de volonté - y compris sur le plan offensif - et de combativité. Et puis, lui aussi est un mec adorable.

MENDES : C'est la révélation marseillaise de la saison. Il venait un peu pour jouer les utilités et s'est au final parfaitement entendu avec N'Koulou. Ce n'est certainement pas le défenseur central le plus rapide de Ligue 1, mais il a un bon jeu de tête, un sens aigu du placement et est fort sur l'homme. C'est une excellente surprise.

MAXWELL : Ses six premiers mois au PSG ont été plus que pénible. Mais c'est vrai qu'il jouait tellement peu au Barça qu'il lui fallait retrouver le rythme. Comme Jallet, ce n'est sans doute pas le meilleur défenseur du Monde, mais pour un latéral il possède une technique assez incroyable et demeure capable de gestes offensifs étonnants. Et puis, il est un titulaire indiscutable de la meilleure défense du championnat.

GUILAVOGUI : Il mérite sa sélection avec les Bleus pour la tournée sud-américaine. Gros volume de jeu, un sacré physique et certainement l'un des joueurs qui a le plus progressé en Ligue 1 cette saison.

VERRATTI : S'il n'avait pas ce comportement insupportable qui fait qu'il est régulièrement sanctionné de cartons de toutes les couleurs, il serait évidemment dans l'équipe A. Techniquement, il est largement au-dessus du lot et possède un sens de la passe - notamment par-dessus la défense - assez époustouflant. Mais il doit vraiment se canaliser et prendre moins de risques dans les zones défensives. S'il y parvient, il deviendra l'un des tout meilleurs à son poste en Europe. Il a prouvé qu'il pouvait le faire, notamment au Nou Camp.

GRENIER : Le championnat aurait duré trois semaines de plus, il serait dans l'équipe A sans problème. Le Lyonnais a été blessé en début de saison, a un peu perdu sa place, mais s'est montré décisif lors du sprint final pour aider son club à arracher la troisième place. Et il a marqué les esprits en marquant des buts aussi importants que magnifiques, à Montpellier, à Nice et face à Rennes. C'est tout à fait le genre de joueur que j'aime et je suis bien content de le voir en équipe de France.

THAUVIN : Je suis totalement d'accord avec les joueurs de Ligue 1 : c'est lui la révélation de la saison. Il a une qualité de dribble et une efficacité devant le but très, très intéressantes. Evidemment, tout ça demande confirmation à Lille l'an prochain, mais c'est un joueur plus que prometteur doté d'un répertoire très large. S'il confirme et continue de progresser, il pourrait devenir l'une des grandes stars françaises de la Ligue 1 et des Bleus.

GIGNAC : Son total de buts (13) n'est pas extraordinaire, mais celui des points récoltés par l'OM grâce à ses buts est assez stupéfiant. J'en ai parlé avec lui récemment : il a pour moi ce défaut de ne pas aller suffisamment dans la surface. Lui me dit que c'est comme ça, que c'est son jeu. C'est un avant-centre qui marque peu dans la surface, mais au final il vient de réaliser sa deuxième meilleure saison après celle des 24 buts avec Toulouse et a été un élément déterminant de la seconde place conquise par l'OM.

CVITANICH : La surprise à 400 000 euros. Le mec que personne ne connaît, qui arrive et qui plante 19 buts. Lui, c'est le vrai renard, le buteur pur jus. Et même un peu plus car on l'a aussi vu marquer des buts en finesse - je me souviens notamment de deux jolis petits lobs face à Sochaux et Evian. Après, il est très "argentin", truqueur et provocateur. Mais il reste l'artisan principal de la grande saison niçoise…

Voilà, on se retrouve demain soir après la finale de Coupe de France puis dimanche pour la divulgation de l'équipe A.

Pierrot