Les Verts verront Saint-Denis
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Les Verts iront donc au Stade de France. Les Stéphanois ont mis fin à 31 ans sans la moindre finale en se qualifiant aux tirs-au-but au terme d'un match très moyen face à Lille.

Vous connaissez mon indéfectible amour pour la Coupe de la Ligue. Eh bien cette demi-finale entre Saint-Etienne et Lille ne va certainement pas me réconcilier avec la "Coupe en bois", malgré l'évidente bonne volonté des deux équipes, en particulier les Verts. Alors certes, le terrain était légèrement bosselé et semblait assez dur - normal avec les températures négatives qui régnaient sur le Forez.

Mais c'était tout à fait jouable et ça ne peut en tout cas pas expliquer le déchet technique dans ce match, surtout côté lillois. Cette équipe nordiste n'a plus rien à voir avec ses brillantes devancières dont je louais il y a encore quelques mois le jeu léché et agréable à regarder. Derrière, ça a relativement bien tenu la route, mais sur le plan offensif le LOSC n'a pas existé jusqu'à la 75e minute : le moment choisi par Chedjou pour placer une vieille tête écrasée sur Ruffier : la première frappe cadrée des Nordistes !

Le dernier quart d'heure du match a été la seule période pendant laquelle les Dogues se sont montrés dangereux, avec notamment une tête de Balmont de peu à côté, une reprise de Payet sur l'extérieur du poteau et une autre tête de Chedjou qui a rasé le poteau. A part ça, le seul Lillois à avoir brillé, c'est Elana. D'abord en détournant main opposée une frappe de Lemoine sur un centre de Mollo, puis en repoussant par la suite toutes les tentatives stéphanoises.

Les Verts eux, ont tout donné. Avec précipitation parfois, avec générosité souvent et en montrant une motivation clairement supérieure à celle des hommes de Rudi Garcia. Avec un avant-centre de haut niveau, Sainté aurait gagné ce match dans le temps réglementaire. Mais Brandao, qui peut pourtant se montrer très réaliste - surtout en Coupe de la Ligue, sa compétition fétiche - a été d'une maladresse insigne et a raté l'immanquable à deux reprises !

Les (presque) larmes de Galtier

D'abord en plaçant sa tête à côté en étant pourtant seul à 6 mètres du but sur un centre de Mollo. Puis en marchant sur le ballon alors qu'il n'avait plus qu'à le pousser dans le but vide deux mètres devant lui. Et après ça, le Brésilien se permet de faire la gueule et de rentrer direct aux vestiaires quand Galtier le sort…

Globalement, Sainté a quand même dominé le match et s'est créé pas mal d'occasions. Individuellement, j'ai bien aimé l'activité du duo Clément-Lemoine dans l'entrejeu. Ces deux-là ont le gabarit de Bayal à eux deux, mais niveau récupération et relance, c'est tout bon. Mollo aurait pu finir le match avec deux passes décisives et apporte incontestablement côté gauche, mais a fini cramé et aurait pu être le héros malheureux de la soirée.

Bref, après une prolongation assez animée mais qui n'a rien changé au score, tout ça s'est joué lors d'une interminable séance de tirs-au-but. Au bout du suspense, Gueye a envoyé le sien au-dessus et propulsé les Verts au Stade de France. Contre qui ? On verra ça ce soir… En attendant, le public stéphanois peut savourer le fait de voir son club jouer sa première finale de Coupe depuis plus de 30 ans. A ce titre, les yeux embués de Galtier à la fin du match, seul face au kop stéphanois, était sans doute la plus belle image de la soirée…


Pierrot