Les Olympiques de la dégringolade

Posté par Pierre Ménès le 6 Avril 2019

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce n’était pas un bon week-end pour les Olympiques. Marseille a perdu comme tous les ans depuis 1977 à Bordeaux. Le score n’était donc pas une surprise. La manière en revanche, a vraiment laissé à désirer. Trop de joueurs semblent avoir l’esprit ailleurs et d’autres ne jouent plus, à l’image de Rami, Gustavo ou Rolando. Bien souvent, on a pu contester les choix tactiques de Rudi Garcia cette saison, mais je n’avais jamais vu une telle aberration, avec Amavi quasiment milieu gauche tandis que Radonjic jouait arrière gauche. C’était juste n’importe quoi. C’est d’ailleurs dans une position aberrante pour lui que le Serbe a concédé un penalty pour une main évidente, péno transformé par Kamano.

En seconde période, il n’y a pas eu de réaction de l’OM. Thauvin a été inexistant, Balotelli est rentré pour se chauffer avec ses adversaires et en profiter pour péter le nez de Pablo, ce dernier étant expulsé pour une mauvaise réaction sur l’Italien. Et De Préville, qu’on n’avait pas vu aussi fort depuis un bon moment a donné un aspect plus large à cette victoire. Voilà, Bordeaux a fait son match, on peut même dire que les Girondins seraient beaucoup mieux classés qu’ils ne le sont s’ils avaient joué tous leurs matchs cette saison comme celui-ci. Il faudra peut-être s’interroger sur ce phénomène.

On pouvait donc penser que Lyon allait profiter de l’échec des Phocéens pour les enfoncer au classement. Il n’en a rien été dans un match absolument lunaire dans un Groupama Stadium à moitié vide et une ambiance très hostile. Pourtant, l’OL avait parfaitement attaqué son match en ouvrant le score dès la 37e seconde de jeu par Terrier. Mais derrière, on a vu une défense lyonnaise totalement aux abois, à l’image de Marcelo qui, comme contre Rennes, a été catastrophique. L’égalisation de SaÏd après un une-deux avec Tavares est plutôt jolie, les deux autres buts dijonnais étant très chanceux avec la frappe de Saïd déviée par Marcelo dans son but et le CSC de Rafael.

Une calculatrice dans la tête

Evidemment, les Lyonnais ont beaucoup tiré au but et ont eu pas mal d’occases. Mais où est Aouar ? Où sont Depay et Ndombélé entrés en jeu en cours de match ? Je veux bien que tout soit de la faute de Génésio, qui est aussi responsable de la situation. Mais Jean-Michel Aulas a fait une erreur dont il ne mesure pas l’impact avec cette conférence de presse ubuesque de mardi soir dernier. Lui qui avait toujours protégé son coach a sonné l’hallali contre lui. L’ambiance en fin de match était ahurissante, avec des « olés » sur les passes dijonnaises et des sifflets pour les Gones. Franchement, je pense que Lyon a perdu beaucoup plus qu’un match hier après-midi. 

Du coup, on se disait que Saint-Etienne allait en profiter pour prendre quatre points d’avance sur l’OM en allant gagner à Amiens. Mais pour ça, il aurait fallu que les Stéphanois jouent avec autre chose qu’une calculatrice dans la tête. Les verts ont ouvert le score sur une tête de Kolodziejczak. Après ça, il y a eu la très jolie égalisation de Konaté qui est vraiment un bon attaquant - je pense que des clubs plus huppés qu’Amiens feraient bien de se pencher sur ce joueur. Konaté qui a ensuite donné l’avantage aux Picards alors que ceux-ci jouaient en infériorité numérique après l’expulsion de Lefort. 

Jamais on n’a vu les Stéphanois profiter de leur avantage numérique, jamais on n’a vu les Stéphanois jouer avec la volonté de gagner. Sauf en fin de match où Cabella, transparent pendant toute la rencontre, a égalisé d’une jolie frappe enroulée. mais ça ne suffit pas pour les Verts qui avaient l’occasion de se mêler à la lutte pour la Ligue des Champions mais qui restent finalement à six points de l’OL.

Butelle pas grandi

Pour une fois, les matchs du samedi soir ont été plutôt sympas et prolifiques en but. Nîmes a fini par faire céder Caen en fin de match grâce à une tête de Bouanga et un CSC de Gradit. Guingamp a bien failli prendre trois points face à Monaco. Les Azuréens ont fait le même match que face à Caen à Louis II en butant sur le gardien et en ne parvenant pas à concrétiser leurs occasions. Sauf que cette fois, Jovetic a fini par trouver l’ouverture en toute fin de rencontre. Voilà l’En Avant de nouveau dernier, mais il n’y a qu’un point d’écart entre les trois derniers et chacun peut donc encore croire à la place de barragiste. 

Et puis on a eu un match très agréable entre Angers et Rennes. Ce n’est pas la première fois que je le dis, quand les Angevins ont envie de jouer au foot, ils ne sont pas plus idiots que les autres. Ils ont des joueurs de qualité devant, avec Bahoken qui a inscrit son dixième but et Reine-Adélaïde auteur d’un doublé et qui est pas mal suivi dans le foot français. Les Rennais étaient fatigués par leur match de Coupe mais ils ont eu les ressources pour marquer trois buts. Le premier sur un exploit personnel de Ben Arfa, le deuxième contré du dos par Niang sur un centre de Bourigeaud. Et le troisième sur un penalty tiré par Ben Arfa. 

Avec un bémol dans ce match, c’est l’attitude de Butelle qui pour moi, a triché en réclamant une main de Niang alors que tout le monde a vu que c’était marqué du dos et en n’allant même prendre des nouvelles d’André qu’il venait d’assommer d’un coup de coude pour aller dire à l’arbitre qu’il ne l’avait pas touché. C’est un bon gardien mais son attitude hier soir ne le grandit pas. 

Pierrot