Les leaders à la peine
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Après Lyon vendredi, l'OM a méchamment galéré à domicile face à Montpellier, mais a arraché dans les arrêts de jeu une victoire qui lui permet de passer devant le PSG.

Lors de la première journée après la trêve, le week-end dernier, on avait vu un Paris médiocre, un Marseille affligeant et un Lyon chanceux. Cette fois, en attendant le Bordeaux-PSG de ce soir, on a vu un Lyon affligeant et un OM chanceux. On va rapidement passer sur OL-Evian, de loin le plus mauvais match de Lyon sur sa pelouse depuis le début de saison. En tout et pour tout, les hommes de Rémi Garde se sont créés deux occasions.

De toute évidence, les incertitudes qui entourent l'avenir des uns et des autres ont plombé l'enthousiasme habituel du jeu lyonnais. Les Gones n'ont jamais pu trouver la faille contre une équipe d'Evian décidément beaucoup plus à l'aise à l'extérieur qu'à domicile. Samedi après-midi, l'OM a eu beaucoup de réussite. D'abord, les Olympiens se sont imposés dans les arrêts de jeu, et puis ils auraient dû, sinon perdre, du moins concéder le match nul sur leur pelouse devant une équipe de Montpellier très amoindrie par la CAN et les blessures.

Sur les trois buts phocéens, le premier est entaché d'un hors-jeu et le troisième est très chanceux. Le gros problème marseillais, comme souvent, s'est situé dans la liaison défense-milieu. Barton, s'il est plus que surprenant balle au pied - comme on a pu le voir sur sa passe décisive pour Ayew sur le premier but - a plus de mal à exister à la récupération. Et comme Cheyrou réalise une saison extrêmement difficile...

Résultat, les Phocéens ont encaissé deux buts, d'abord sur un ballon dans le dos d'Utaka pour Herrara puis grâce à un Cabella qui a eu tout son temps pour trouver Utaka dans la surface. Et il a fallu une très jolie action des frères Ayew pour que l'OM égalise. J'en profite au passage pour glisser une petite remarque : tout le monde sait le faible que j'ai pour eux, mais je trouve qu'on les critique beaucoup plus que certains autres joueurs de l'effectif marseillais. On s'apercevra sans doute en fin de saison que leur présence a été grandement bénéfique à l'OM.

L'OM qui a finalement emporté le morceau grâce à une énième boulette de Congré - qui les accumule depuis qu'il a signé au MHSC - avec cette aile de pigeon insensée - alors qu'il fallait évidemment mettre un gros sac en touche - que Gignac a parfaitement exploitée, après un match pourtant très compliqué où il a été très mal servi. C'est une victoire chanceuse et très honnêtement, le rapport qualité de jeu/nombre de points pris de l'OM est absolument exceptionnel cette année.

Le bloc de l'est s'effondre

Et puis comme toujours le samedi, c'est le maintien qui se joue en soirée. Si on regarde le classement, on s'aperçoit que trois équipes de l'est trustent les trois dernières places. Si la présence de Reims à la 18e est une nouveauté, celle de Troyes et de Nancy ne l'est pas. Les Lorrains ont logiquement perdu à Toulouse, avec encore un but encaissé par Gregorini qui coûte des points à son équipe.

Et pendant qu'il l'envoie dans le tombeau un peu plus à chaque match, N'Dy Assembé ronge son frein sur le banc. Je ne comprends pas. Cette fois, la situation est vraiment désespérée pour l'ASNL. Elle l'est presque tout autant pour Troyes. Evidemment, contre une équipe comme Lorient, elle réussit à jouer, à avoir des opportunités, à marquer deux jolis buts. Mais l'ESTAC est bien trop souvent dans la réaction au lieu d'être dans l'action.

Elle est aussi trop friable défensivement. Maintenant, compte tenu des moyens très limités de cette équipe, au moins, à chaque fois qu'on la voit jouer, elle perd mais elle propose du jeu et offre du plaisir aux spectateurs. Quant à Lorient, cette victoire propulse les Merlus à la 4e place. Tiens, tiens... Et puis il y a Reims, qui s'est clairement fait voler à Sochaux, puisque le but de Poujol - comme il l'a reconnu - a été marqué de la main. Mais bon, ça se passe en début de match. Reims a aussi le droit de réagir et de marquer un but de temps en temps.

Voilà ce qui se passe quand on monte en Ligue 1 et qu'on fait un recrutement de Ligue 2. Le risque d'y retourner aussitôt est logiquement énorme. Et puis on notera aussi la victoire de Saint-Etienne à Brest face à une équipe qui n'est sans doute pas loin d'être la plus faible de L1 quand elle rate son match. Heureusement pour les Finistériens qu'ils ont pris quelques points d'avance dernièrement…

Une victoire acquise grâce à un très joli but marqué par Brandao, de son mauvais pied (en a-t-il seulement un bon ?). Après avoir vendangé tout ce qu'il voulait en Coupe de la Ligue, le Brésilien a réussi à donner la victoire aux Verts, qui viennent donc de passer une bonne semaine. Ca devrait leur donner un peu plus d'allant et d'ambition pour la fin de la saison...

Pierrot