dvd
Le réveil tonitruant de l'OM
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Même dans ses rêves les plus fous, Michel ne pensait sans doute pas passer une telle soirée pour sa première sur le banc de l’OM.

Evidemment, l’événement de ce dimanche c’est cette éclatante victoire olympienne face à une équipe de Troyes d’une faiblesse inouïe - et inquiétante pour l’avenir des Aubois en Ligue 1. En face, cet OM euphorique a cadré sept frappes pour six buts, dont certains absolument sublimes, à commencer par le missile téléguidé de Diarra et le retourné d’Ocampos. Beaucoup savent que j’étais loin d’être un des plus grands fans de Bielsa. Maintenant, ce serait d’une malhonnêteté intellectuelle épouvantable de dire que Michel a, en trois jours, révolutionné le jeu de cette équipe. 

Ce qui est sûr en revanche, c’est qu’elle semble désormais plus équilibrée. Et cela tient en grande partie à l’apport de Lass’ Diarra. Pour un mec qui n’avait pas joué depuis 15 mois, il a livré une partition assez exceptionnelle : un but superbe, 100% de passes réussies, beaucoup de jolis dribbles de dégagement et de très bonnes relances : l’ancien du Real a tout changé et dicté le tempo de sa nouvelle équipe. 

Après, Michel a aussi fait des choix payants : Barrada meneur, Cabella côté gauche… On a vu des choses vraiment intéressantes dans le jeu, mais qui mériteront évidemment confirmation face à des adversaires d’un autre calibre. Parce que je suis persuadé que Marseille aurait aussi mis une rouste à cet ESTAC-là avec Bielsa. Et puis il y a eu un excellent match de Batshuayi, auteur d’un doublé et impliqué sur deux autres buts. 

Pour le jeune Belge comme pour Lacazette, déjà brûlé après avoir été encensé toute la saison dernière après trois matchs, il faut se montrer patient. On a déjà tellement peu d’attaquants de haut niveau en France, alors si en plus on les remet en cause après deux ou trois matchs moyens… En tout cas, l’OM a donné un visage beaucoup plus souriant que ces dernières semaines ce qui, soit dit en passant, n’était pas bien difficile. 

Tant qu’Hamouma marquera…

Dans l’après-midi, on a eu droit à deux matchs assez contrastés, avec pour commencer un Lille-Bordeaux très agréable à suivre malgré le score, vierge. Parce qu’il y a eu quatre montants, de très beaux arrêts de gardiens, de l’engagement et du rythme. Prior et Enyeama ont été très bons et voilà un match qui, avec un peu plus de réussite et des portiers d’un niveau inférieur, aurait très bien pu finir sur un joli 2-2. Au final, ce 0-0 n’arrange aucune des deux équipes au classement mais c’était un bon moment de football.

Que dire en revanche de l’effroyable Lorient-Saint-Etienne  de 17h ? Les Verts l’ont emporté en toute fin de match sur un joli but d’Hamouma bien servi par Maupay, mais de façon assez pénible malgré leur supériorité numérique après l’expulsion de Lecomte dès la première minute de jeu. En face, Lorient a été méconnaissable. Si Gourcuff avait fait le choix du synthétique, ce n’était pas uniquement parce qu’il pleut souvent dans le Morbihan mais aussi pour faire passer ses idées de jeu. Un jeu au sol. 

Voir désormais des mecs accumuler les chandelles comme dans un match du dimanche matin me fait penser que le football merlu que j’ai tant aimé semble mort. Et voilà une équipe de plus qui semble vouée à lutter pour le maintien. Quant aux Verts, en gros tant qu’Hamouma marquera ils pourront espérer faire un résultat. Le jour où ce ne sera plus le cas, ça deviendra plus compliqué parce que jusqu’ici, ce qu’ont montré les hommes de Galtier, sur le plan défensif comme sur celui de la relance, est loin de me convaincre. 

 

Pierrot