Le collectif et le génie
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Ce dimanche, dans le choc pour l'Europe, Nice a largement dominé Rennes grâce à un triplé de Ben Arfa. Les Aiglons reviennent à deux points de Lyon mais aussi de Monaco, sèchement battu à Lille, qui continue sa remontée.

Nous passerons sous silence l'épouvantable Marseille - Bordeaux. Comme prévu, ce match a été une bouillie de football entre une équipe un peu plus malade que l'autre. Une rencontre d'une faiblesse technique assez ahurissante au cours de laquelle l'OM, après vingt bonnes premières minutes, s'est complètement liquéfié. Les Girondins, fidèles à leur tactique payante contre Monaco, ont obtenu un point. Pour les Phocéens, le problème reste entier. 

Il y a heureusement eu d'autres choses plus intéressantes ce dimanche, à commencer par la victoire de Lille contre Monaco. Un gros succès contre une équipe monégasque dont je n'ai pas compris grand-chose, à commencer par sa composition de départ. On savait depuis vendredi que Lyon était revenu à égalité et qu'il fallait faire un coup dans le Nord, histoire de garder une longueur d'avance dans la course à la seconde place. Seulement Jardim a concocté une équipe extrêmement défensive avec cinq arrières. Ça n'a pas fonctionné et surtout, plusieurs joueurs m'ont semblé globalement assez peu concernés. À l'arrivée, l'addition est lourde.

Certains supporters aveugles de l'ASM diront que Eder était hors-jeu de 10 centimètres sur l'ouverture du score d'Amalfitano mais c'était évidemment impossible à voir à l'oeil nu. Ils contesteront également l'expulsion d'Echiejile, auteur d'une charge genou en avant sur Corchia. Mais je pense qu'avec un minimum d'objectivité, personne ne pourra dire que Carvalho, pour son tacle les deux pieds décollés du sol sur la cheville de Corchia, ne méritait pas l'expulsion. Ce qu'il y a d'extraordinaire, c'est qu'à dix mètres, le juge de touche ne voit rien alors qu'à trente, il signale le coup de coude stupide de Civelli dans le dos de Carvalho.

Antonetti est en train de réussir son pari

Toujours est-il qu'à dix contre dix, Monaco a démissionné. Je n'ai pas l'impression que Dirar et Lemar étaient les deux joueurs qui méritaient de sortir. On a le sentiment qu'il y a quelque chose de cassé dans cette équipe monégasque, qui n'a gagné qu'un seul de ses sept derniers matchs. C'était certes au Parc des Princes mais gagner à domicile contre Reims rapporte le même nombre de points. Aujourd'hui, les joueurs du Rocher sont dans une spirale négative et il va falloir qu'ils fassent beaucoup d'efforts et que Jardim trouve autre chose pour qu'ils s'en sortent. 

Il faut aussi souligner que Lille, depuis l'arrivée d'Antonetti, est la deuxième meilleure équipe du championnat. Comme quoi, il n'est pas toujours nécessaire d'aller à l'étranger pour trouver de bons entraîneurs. Antonetti a changé des choses et il est en réussite. Son équipe est un mélange de rigueur - que le club a toujours eu puisque même dans les mauvais moments, la défense lilloise était correcte - et de volonté de faire du jeu. Eder et Amalfitano, arrivés durant le mercato hivernal, aident bien. Quant à Boufal, il a beaucoup progressé dans l'intelligence de jeu, sans perdre la fraîcheur de ses dribbles. Voilà une équipe qui pourrait, elle aussi, animer la fin de saison.

Ben Arfa jouera-t-il l'Euro ? 

Enfin, il y avait un sommet entre deux prétendants au podium dans l'après-midi. Un choc qui n'a pas vraiment eu lieu tant Nice a écrasé Rennes dans tous les compartiments du jeu. Les milieux de terrain niçois ont totalement étouffé leurs homologues bretons. Cette équipe est très collective et les attaquants participent tous au jeu. Germain multiplie les appels sur les côtés, se rend disponible et fait également de bonnes passes. Pléa percute pour ouvrir des espaces et remise souvent dans le bon tempo. Et puis, c'est sûr que quand en bout de chaîne, il y a un génie comme Hatem Ben Arfa, ça change tout.

Pas de quoi s'extasier sur le penalty mais le deuxième but du droit n'est quand même pas sale pour un gaucher. Et que dire du troisième avec cette course de cinquante mètres et cette frappe de plus de vingt mètres dans le petit filet ? Ben Arfa en est aujourd'hui à 16 buts et joue la saison de sa vie. Est-ce que ce sera suffisant pour que Didier Deschamps lui trouve un strapontin pour l'Euro ? Rien n'est moins sûr. En tout cas, voilà un joueur qui nous fait très souvent rêver en Ligue 1. C'est un cadeau de le voir jouer. 

Pierrot