La soirée Mbappé
Posté par Pierre Ménès le 7 Octobre 2018

Riche dimanche qui a commencé par la poursuite de l’effondrement de la Maison Jaune à Bordeaux. Evidemment, en si peu de temps Vahid n’a pas eu le temps de mettre quelque chose en place. Et de toute façon, quand tu te retrouves mené 2-0 au bout de huit minutes de jeu, le match est déjà terminé avant d’avoir débuté. Au lieu de s’en prendre systématiquement à ses entraîneurs, Kita ferait peut-être mieux de s’en prendre à ceux qui font le recrutement, à commencer par lui. Parce qu’il y a clairement des joueurs qui n’ont rien à faire là, et notamment l’Américain Miazga, qui est responsable sur le deuxième but, provoque le penalty sur le troisième et enchaîne les prestations désastreuses depuis qu’il est à Nantes. Il est prêté par Chelsea ? Et alors ! Le club londonien a cent joueurs sous contrat. Dans le lot, il doit bien y avoir quelques tocards et j’ai peur que les Canaris soient tombés sur l’un d’eux. Les Bordelais quant à eux, ont fait un match cohérent, avec de l’envie et de jolis buts qui gomment un peu la contre-performance - assez malchanceuse il est vrai - de jeudi dernier en Ligue Europa. Un succès qui confirme le redressement des Girondins depuis le retour (plus ou moins) sur le banc de Ricardo.

A 17 heures, Marseille a gagné assez tranquillement face à une équipe de Caen inoffensive. Un match marqué par les erreurs de la VAR puisque l’OM aurait dû obtenir un penalty pour un tirage de bras de Baysse sur Rami et a finalement ouvert le score sur un but que Monsieur Millot aurait dû refuser, Ocampos faisant clairement action de jeu sur la tête de Mitroglou. Il se baisse pour laisser passer le ballon, qu’on ne vienne pas me dire qu’il ne gêne pas Samba. Et puis il y a eu le joli but hebdomadaire de Thauvin et une victoire rassurante des Phocéens qui, en plus, n’ont pas encaissé de but puisque celui inscrit par Djiku a été refusé par la VAR qui pour une fois dans ce match ne s’est pas trompée - Alleluia.

A la même heure, Monaco a poursuivi sa descente aux enfers en se faisant battre à Louis II par Rennes. Un match qui a ressemblé à un suicide dont l’auteur se nommerait Raggi, qui dort sur le but de Da Silva puis se fait expulser pour un coup de poing ridicule sur Grenier, qui va lui coûter très cher en commission de discipline. Rennes s’est imposé sur une frappe de loin de Ben Arfa sur laquelle Subasic est coupable. On a senti du mieux dans la prestation d’Hatem, qui a semblé avoir un peu plus de jus. On le sent en progression, tout comme son équipe qui met fin à une série de mauvais résultats. Côté ASM, à force de dire que ce n’est pas grave, ça va finir par le devenir…

Le droit de prendre un ballon dans la tronche…

Et puis en soirée, on a eu droit au grand match annoncé. Sauf qu’il ne s’est absolument pas déroulé comme prévu. La première mi-temps a été dominée de la tête et des épaules par l’OL, qui a eu une large possession de balle sans pour autant se créer de réelle grosse occasion. Très rapidement menés au score sur penalty suite à une sortie beaucoup trop aventureuse de Lopes sur Mbappé, les Lyonnais se sont retrouvés à 11 contre 10 à la demi-heure de jeu après l’expulsion tout à fait logique - et décidée avec l’aide de la VAR - de Kimpembé pour une semelle sur Ndombélé. Seulement, le deuxième carton jaune de Tousart a remis les deux équipes a égalité numérique avant la pause.

Tuchel a fait un choix fort en sortant Cavani, remplacé par Kehrer et en confiant l’attaque au duo Neymar-Mbappé, qui a fait voler l’OL en éclats en seconde période. Cela a commencé avec trois duels perdus par le prodige français face à Lopes sur trois passes magnifiques de Neymar. Il s’est vite rattrapé en inscrivant un incroyable quadruplé en 13 minutes. Il faut se rendre compte que Mbappé cette saison, c’est 8 buts en 5 matchs de Ligue 1. Quand ces deux-là sont à ce niveau, il n’y a pas grand monde pour leur résister. Personne en Ligue 1, ça c’est sûr. J’ai hâte de voir ce que ça peut donner face à des équipes huppées en Ligue des Champions.

Alors il y a pas mal de choses à redire sur l’arbitrage. Neymar aurait peut-être mérité un rouge pour sa semelle sur Morel, et Di Maria aurait pu être sanctionné d’un penalty pour sa faute de main. Monsieur Garibian nous assure qu’il se protège le visage. Mouais… T’as le droit de prendre un ballon dans la tronche de temps en temps quand t’es footballeur professionnel. En tout cas, le PSG a montré sur ce match qu’il pouvait faire autre chose que d’avoir une possession gargantuesque et qu’il pouvait être redoutable en contre. Ce qui pourrait servir lors des échéances européennes à venir…

Pierrot