La politique de l'omnibus
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Lille a enfoncé Bordeaux et revient vers les sommets, Lyon a visité la plage de Brest et Marseille a gagné à l'arrache devant Troyes. Voilà pour le programme du soir...

On a souvent coutume de dire que les premiers mènent un "train d'enfer". Ca n'a pas franchement été le cas pour notre trio de tête au cours de cette 27e journée. Le leader a perdu, le second a fait match nul et le troisième a gagné mais on peut englober Paris, Lyon et Marseille dans la médiocrité de leur prestation. Lyon notamment, ne pouvait guère espérer mieux qu'un match nul sur la pelouse de Brest.

Enfin, "pelouse", c'est une image. Comme je l'ai dit au CFC, ça m'a rappelé la plage de mon enfance à Porsmilin, à 15 km de Brest. Je n'arrive pas à comprendre comment on peut avoir en Ligue 1 des aires de jeu aussi catastrophiques. Je comprends totalement l'amertume de Rémi garde, qui dit qu'on exige beaucoup, du côté de la Ligue, du comportement des joueurs et des clubs mais que la base pour voir du foot de qualité, c'est d'abord d'avoir une pelouse digne de ce nom. Voilà un sujet extrêmement important dont la LFP ferait bien de s'occuper au plus vite.

Finalement, c'est Marseille qui a fait la meilleure affaire du week-end, en récupérant sa troisième place grâce à une victoire comme toujours pénible face à une équipe de Troyes comme toujours séduisante, qui a comme souvent ouvert le score et qui, comme d'habitude, a fini par se faire rejoindre avant de craquer. Si on avait mixé le scénario habituel des matchs de l'ESTAC et celui des matchs de l'OM, on aurait obtenu le match d'hier après-midi.

Déjà, on peut se demander pourquoi les Marseillais attendent dix minutes avant de mettre du mouvement dans leur jeu. Enfin, après avoir démarré l'OM a eu la mainmise sur la première mi-temps mais après le repos, c'est Troyes qui a eu la direction des opérations, qui s'est créé des occasions et qui a logiquement ouvert le score par Marcos sur une grosse erreur de N'Koulou. C'était donc mal engagé, mais le Sénégalais Sougou est ensuite entré en scène et a enfin montré pourquoi il avait été recruté.

Attention à Lille...

Son entrée en jeu côté droit a été décisive puisqu'il est à l'origine de l'égalisation avec ce centre en retrait que Jarjat détourne dans son propre but et offre le deuxième à Gignac suite à une jolie passe de Valbuena. Résultat, le miracle "marseillais" se poursuit. C'est toujours aussi pauvre dans le jeu, mais ça tient.

Et puis en soirée, Lille a remporté sa quatrième victoire consécutive en infligeant sa quatrième défaite consécutive à Bordeaux, à l'issue d'un match tout à fait correct. En première mi-temps, on a vu du bon Bordeaux. Il ne faut pas oublier que les Girondins jouent toujours l'Europa League et qu'ils sont allés jusqu'aux tirs-au-but en Coupe de France cette semaine. Au repos, leur avance était assez logique, entre un pénalty justifié et quelques belles occases, notamment la tête à bout portant de Diabaté.

Lille n'y était alors pas du tout, ni dans l'impact, ni dans le rythme. Un rythme beaucoup trop lent, avec un Payet décevant par rapport à ses dernières sorties. Et puis changement complet de physionomie après le repos : profitant du gros coup de pompe physique des Bordelais, Lille a alors accéléré, grâce entre autres à un Payet de nouveau performant. L'entrée de Pedretti a aussi apporté plus de qualité dans le jeu long et les ballons par-dessus la défense.

A l'arrivée, deux jolis buts : une frappe puissante de Rodelin, qui a enfin marqué son premier but en Ligue 1 après celui - valable mais refusé - inscrit au Parc, et un plus subtil de Kalou, qui commence à bien s'adapter à son équipe et qui semble à l'aise en pointe. Du coup, le LOSC revient dans la course à l'Europe, à 6 points de la troisième place et avec un calendrier a priori favorable lors des prochaines journées. Donc, comme je le dis depuis quelques semaines : attention à Lille. D'autant qu'après une longue éclipse, le collectif lillois est aujourd'hui bien meilleur...


Pierrot