La marche était trop haute

Posté par Pierre Ménès le 13 Mars 2019

Il n’y a donc pas eu de bonne surprise en provenance du Camp Nou, hier soir. On a pu croire, pendant un quart d’heure en seconde période, qu’elle pouvait arriver. Mais le Barça était beaucoup trop fort pour une équipe de Lyon qui n’a pas fait un grand match, loin de là et a subi une cascade d’événements défavorables avant le repos. Un premier acte que les Catalans ont largement dominé. Sans un très bon Lopes, la note aurait pu être très lourde dès les premières minutes. Et puis il y a eu ce penalty. 

Vu le score à l’arrivée, ce penalty grotesque restera une péripétie. Mais autant je peux comprendre que l’arbitre le siffle à vitesse réelle, autant les ralentis sont formels : c’est Suarez qui vient marcher sur le pied de Denayer avant de s’écrouler. La question est donc simple : que foutaient les mecs de la VAR devant leurs écrans ? S’il n’y a pas eu de bug technique, c’est juste scandaleux. On a l’impression que VAR ou pas VAR, le Barça doit être avantagé. C’est gonflant car c’est une équipe qui n’a pas besoin de ça. Messi n’a pas besoin de ça. Messi qui avait sans doute vu le match de Ronaldo la veille s’est dit qu’il devait réagir. Il n’a pas mis trois buts, seulement deux. Mais avec deux passes décisives en plus. On sait déjà que celui qui aura le Ballon d’Or en fin d’année sera celui qui fera le meilleur parcours dans cette Ligue des Champions. 

Toujours est-il que, dix minutes après ce penalty imaginaire l’OL perdait Lopes, touché dans un choc avec Coutinho. Le gardien lyonnais a tenté de rester sur le terrain mais il a dû se résoudre à sortir quelques minutes plus tard et laisser sa place à Gorgelin. Sa tristesse faisait peine à voir. Cette équipe lyonnaise aussi, parce qu’elle a été très en-deçà du niveau réclamé par un huitième de finale de Ligue des Champions. Avec de grosses faillites individuelles. Marcelo a été dépassé plusieurs fois derrière et devant, Dembélé n’a pas fait grand chose des rares ballons qu’il a eus. Mais le plus décevant de tous pour moi, c’est Depay. Le Néerlandais aura traversé cette double confrontation comme un fantôme. Lui qui réclame de jouer dans un grand club n’a rien prouvé dans le genre de matchs qui permet justement de séduire les grands clubs. 

Après le repos, le Barça a commencé à s’endormir un peu, à se montrer moins précis dans son jeu de passes. Les Lyonnais en ont profité pour réduire le score sur un joli enchaînement de Tousart. Un but sur lequel l’utilisation de la VAR a encore été débile, avec quatre minutes d’attente pour vérifier une situation de hors-jeu alors qu’on voyait très bien que ce n’était pas le cas dès le premier ralenti. En revanche, il y a une belle faute de Marcelo sur Lenglet qui, elle, n’est pas sifflée. Bref…

L’entrée de Dembélé a dynamisé la fin de match des Barcelonais, Messi a donné de l’air à son équipe avec une feinte de frappe qui a mis la charnière lyonnaise dans le vent suivie d’un tout petit tir du droit seulement effleuré par Gorgelin. Après cela, les buts se sont enchaînés. De toute façon, il y avait trop d’écart entre les deux clubs, c’est une évidence absolue. Maintenant, je pense que les Lyonnais peuvent être satisfaits de leur parcours en Ligue des Champions. Tomber contre le Barça n’a rien d’infamant. Il leur reste maintenant à assurer leur participation à la prochaine édition et avec sept points de retard sur Lille, c’est loin d’être fait. 

Pierrot