La lutte finale
Posté par Pierre Ménès le 21 Avril 2018

Il ne vous aura pas échappé que la principale information de cette 34e journée, c’est que cela se resserre terriblement dans la course à la Ligue des Champions puisque Lyon et Marseille, qui ont marqué cinq buts chacun ce week-end, reviennent tous deux à un point de Monaco. Monaco qui a inexplicablement failli à Guingamp. Alors soyons très clairs : les Bretons ont remarquablement joué et ont marqué de très beaux buts : une volée de Didot sur un corner de Grenier et une frappe de Thuram sur le centre en retrait de Bénézet avec Briand qui laisse passer.

L’En Avant a longtemps eu du mal dans ce championnat et joue beaucoup mieux depuis que le club est sauvé. Mais que dire de la prestation monégasque ? Alors c’est vrai que Monaco était handicapé, notamment en attaque où Jovetic était blessé et Falcao a renoncé juste avant le coup d’envoi. Il n’en reste pas moins que l’ASM vient d’encaisser 10 buts en deux matchs et ne semble pas capable de la moindre réaction. Car on ne peut même pas dire que Guingamp a été réaliste, les Bretons ayant eu d’autres occasions nettes. Bien sûr, le penalty et l’expulsion de Jemerson dès la 20e minute ont grandement conditionné la suite du match. Mais là, il y a vraiment grand danger pour Monaco, qui n’a plus qu’un petit point d’avance sur le duo OL-OM.

L’OL qui l’a largement emporté à Dijon vendredi au terme d’un match un peu curieux. Il n’y avait que 1-1 à la mi-temps, Reynet ayant multiplié les miracles, mais l’OL a marqué deux fois en trois minutes au retour des vestiaires et semblait se diriger vers un succès tranquille. Sauf que Sliti a profité d’une grosse erreur de Mendy pour signer le doublé et ramener son équipe à 2-3 et c’est là qu’est arrivé le moment embêtant du match, lorsque monsieur Schneider, toujours aussi nul quand il s’agit de juger des situations de penalty, a oublié d’en siffler deux en une minute pour le DFCO. Sur la seconde action, la faute de Rafael sur Saïd aurait mérité péno et aussi un deuxième jaune pour Rafael. La supériorité lyonnaise ne se discute pas mais ces faits de jeu ont tout de même lourdement pesé dans le déroulement du match.

Monaco deuxième… ou quatrième ?

De polémique arbitrale il n’y a pas eu à Marseille, où l’OM a souffert pendant 10 minutes avec un début de match intéressant du LOSC. Malheureusement pour les Nordistes, l’ouverture du score de Thauvin de la tête sur un centre de Sarr a provoqué l’effondrement total de l’équipe lilloise. Il n’y a aucune combativité dans cette équipe, on a l’impression que les joueurs sont soit perdus, soit indifférents au sort du club. Cela fait huit matchs que les joueurs de Galtier n’ont pas gagné et cela se complique de plus en plus pour eux.

En face, l’OM a tranquillement déroulé. Thauvin a encore mis deux buts, tout comme Mitroglou qui est beaucoup mieux qu’à son arrivée. Les Phocéens ont repris une unité de différence de buts à Lyon et reviennent eux aussi à un point de Monaco, ce qui va nous offrir une fin de saison passionnante. Difficile aujourd’hui, de dire qui va terminer sur le podium. Monaco que tout le monde voyait finir tranquillement à la deuxième place pourrait tout aussi bien terminer quatrième désormais.

Dans les autres matchs, Toulouse a pris de l’air en l’emportant 2-0 face à une pâle équipe d’Angers. Amiens a assuré son maintien en dominant largement Strasbourg avec beaucoup de réalisme, les Picards n’ayant pas eu pléthore d’occasions. Strasbourg non plus, mais les Alsaciens sont privés de leur attaque titulaire Terrier-Da Costa depuis des mois et c’est trop compliqué pour eux. Même s’ils ont cinq points d’avance sur Troyes et Lille, leur calendrier démentiel d’ici la fin de saison (Nice, Rennes, Lyon, Nantes) ne joue pas en leur faveur. Sur l’ouverture du score signée Monconduit, on a eu très peur pour Gakpe, percuté par Oukidja et sorti sur civière. Plus de peur que de mal a priori.

Enfin, Metz a - une nouvelle fois - raté le coche face à Caen. Les Lorrains avaient pourtant réussi le plus dur en ouvrant le score sur un CSC de Da Silva mais n’ont tenu que deux minutes. Caen qui n’avait pourtant pas montré grand chose jusqu’à lors, a égalisé sur un magnifique ciseau du jeune Deminguet. Metz joue plutôt pas mal mais ne prend pas beaucoup de points. Les joueurs de Fred Hantz avaient l’occasion de revenir sur Lille et Troyes et de croire à la place de barragiste en l’emportant, mais avec ce nul cela devient évidemment beaucoup plus compliqué. D’autant que la semaine prochaine se profile un match dramatique à Lille. Le perdant aura de très grandes chances de descendre en Ligue 2, si perdant il y a.

Pierrot