L'OM est fanny
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Avec un sursaut d'orgueil notable et pour la première d'Anigo, l'OM était à trois minutes de marquer son premier point en Ligue des Champions cette saison. Raté.

Bon, voilà. C'est fini. Marseille a achevé sa phase de groupes de la Ligue des Champions par une 6e défaite en autant de matchs, hier soir au Vélodrome face à Dortmund. On devrait d'ailleurs plutôt parler de calvaire ou de chemin de croix pour qualifier le parcours européen de l'OM. Pourtant, pour la première d'Anigo, les Olympiens ont livré un premier acte plutôt intéressant.

Cueillis à froid par Lewandowski dès la 4e minute, ils ont eu le mérite de ne pas sombrer et d'égaliser rapidement grâce à Diawara. On a alors eu droit à une période assez équilibrée, pendant laquelle l'OM a souvent tenu tête au vice-champion d'Europe. Plus présents que ces derniers temps dans l'engagement et l'agressivité, les Marseillais ont montré un peu d'envie sur ce match, ce qu'on n'avait que trop rarement vu depuis le début de la phase de groupes.

Correct dans le jeu et au niveau dans l'état d'esprit, l'OM semblait tenir le bon bout. Jusqu'à ce qu'un fait de jeu fasse basculer la rencontre. Franchement, cette expulsion de Payet, je la trouve extrêmement sévère. Je ne dis pas qu'il y avait  pénalty, mais je ne suis pas certain du tout qu'il y ait simulation. Dans un sport où l'équilibre est souvent précaire, les joueurs ont quand même le droit de tomber de temps en temps sans être systématiquement suspectés de simuler.

Evidemment, ce coup du sort a changé les données du match. Après le repos, l'OM s'est recroquevillé dans ses 40 mètres et a vu les vagues jaunes se succéder sur son but. Mais Mandanda, le poteau et la maladresse allemande dans le dernier geste ont longtemps retardé l'échéance. Jusqu'à ce que Grosskreutz libère les joueurs de Klöpp et les supporters du Borussia.

Scénario invraisemblable

Pour anecdotique qu'elle soit, cette défaite s'ajoute à toutes les autres et noircit encore le tableau d'une première partie de saison décevante. Certes, on a pu déceler hier soir un léger mieux chez les Marseillais, surtout dans l'attitude. Il n'en demeure pas moins que ce score épouvantable de zéro point pris en six matchs est tristement historique pour un club français.

Maintenant, il ne faut pas se tromper d'enjeu : pour l'OM, le match le plus important de la semaine, c'est dimanche soir à Gerland… Maintenant que cette campagne européenne désastreuse est derrière eux, les Olympiens vont peut-être pouvoir passer à autre chose, en espérant très fort pouvoir revenir en LdC la saison prochaine et effacer cet affront. Avec 9 points de retard sur Lille, c'est loin d'être gagné…

Dans l'autre match du groupe, ç'a également été très chaud puisque Naples a failli réussir son pari fou de battre Arsenal par 3 buts d'écart. Mais les hommes de Benitez ont marqué leur second but trop tard et échouent donc à un petit but de la qualification. Un scénario invraisemblable dans ce groupe puisque Dortmund, éliminé à 3 minutes de la fin, termine finalement en tête, devant Arsenal, second ! Inutile de dire que ça fait déjà un bel adversaire potentiel à éviter pour le PSG…

Pierrot