L'incroyable miracle du Téfécé
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Au terme d'une soirée pleine de rebondissements, Toulouse a obtenu in extremis son maintien en Ligue 1, au grand dam de Reims, qui y a cru jusqu'au bout. En haut, Monaco a conforté sa troisième place et Lille a chipé la cinquième à Saint-Etienne.

Nous avons eu le droit à un suspense un peu inattendu pour cette 38ème journée de Ligue 1. On pouvait en effet légitimement penser que la 37ème avait scellé le sort du championnat, dans le haut et dans le bas du classement. Finalement, on a vécu un final assez invraisemblable pour le maintien entre Reims et Toulouse. Ajaccio, avec sa courte défaite sur la pelouse de Lorient, était hors course.

Reims a explosé une équipe de Lyon totalement hors du coup. C'est vrai que la motivation rémoise était maximale et les Champenois ne se seraient certainement pas retrouvés dans cette situation s'ils avaient joué plus de matchs avec cet état d'esprit cette saison. Mais il faut aussi s'arrêter et s'interroger sur le comportement des Lyonnais, qui ont clairement pris ce match par dessus la jambe. Il y a eu quelques rotations dans l'effectif, ce qui est compréhensible puisque c'était le dernier match. Que Bruno Genesio donne du temps de jeu à Grenier et Fekir, pourquoi pas. Mais au niveau de l'état d'esprit, il n'y avait rien, aucune combativité, aucune envie.

Les dix premières minutes ont été correctes mais après, ça a été une démission à tous les étages. On se souvient que Jean-Michel Aulas - l'homme qui tweete plus vite que son ombre - avait qualifié la rencontre entre le PSG et Monaco au Parc des Princes de match amical. Je crois que la porte lui est revenue assez violemment sur les doigts. Avant de juger les intentions et le comportement des autres équipes, il aurait peut-être pu dire à ses joueurs de faire preuve d'un minimum de professionnalisme, car ils auraient pu fausser cette fin de championnat.

Toulouse a mérité son maintien 

Heureusement, ça n'a pas été le cas grâce à l'incroyable performance des Toulousains. Les Violets avaient pourtant toutes les raisons de lâcher prise dans cette rencontre à Angers. Menés au score sur un but de Ketkeophomphone suite à un mauvais renvoi de la défense, les Toulousains ont obtenu un penalty mais Braithwaite l'a manqué. Après l'égalisation de Ben Yedder, ils ont pris un nouveau coup sur la tête à cause d'une frappe enroulée lobée un peu improbable de Benrahma. Il y avait donc tout pour s'effondrer, d'autant que Reims menait largement contre Lyon.

Mais voilà, les joueurs et Pascal Dupraz ont depuis maintenant trois mois un comportement exemplaire et une abnégation invraisemblable. Braithwaite, qui est certes parfois maladroit mais toujours courageux, a arraché une égalisation un petit peu heureuse. À peine deux minutes plus tard, Bodiger a superbement frappé un coup-franc un peu excentré, permettant ainsi au TFC de sauver sa place in extremis. Alors c'est vrai que contrairement aux Champenois, les Toulousains ont été relégables tout au long de la saison. Mais le plaisir procuré et l'état d'esprit montré ces dernières semaines font que je trouve ça très mérité.

Zlatan va nous manquer

Dans le haut du tableau, Monaco a assuré l'essentiel avec sa troisième place. Un scénario à la monégasque : deux buts en début de match et puis plus rien. Dans le même temps, Nice a aussi fait le boulot en s'imposant 3-2 dans un match assez rafraichissant contre Guingamp. Une rencontre dans laquelle Alassane Pléa a signé un doublé. Ce joueur, qui a d'énormes qualités, pourrait bien être une des prochaines révélations de notre championnat s'il parvient à progresser au niveau de la précision devant le but.

Comme toujours, Saint-Etienne n'a pas marqué de but. Rien de très surprenant contre une défense aussi solide que celle de Lille. Les Dogues se sont imposés sur un penalty du Portugais Eder. Avec cette cinquième place, Antonetti termine donc au meilleur classement de sa carrière comme entraîneur en Ligue 1 alors qu'il a pris l'équipe à la dix-septième place. Là aussi, ça récompense un très beau sprint final du LOSC, qui a enchaîné huit victoires et deux nuls sur les dix derniers matchs. C'est très méritoire. 

Enfin, le PSG a rendu hommage à Ibrahimovic. Il y a eu des bons moments et des passages peut-être un peu "too much". Mais l'essentiel, c'est que Zlatan a effacé Carlos Bianchi des tablettes en marquant un doublé. Statistiquement, c'est un but par match en Ligue 1 alors qu'il n'a pas disputé toutes les rencontres. C'est quand même fort. Alors certains trouveront encore des choses à redire, parleront de la Ligue des Champions, etc. Mais c'est quand même un très grand joueur qui quitte la Ligue 1. Je suis convaincu qu'il va énormément nous manquer. 

Pierrot