L'honneur de Montpellier
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Le champion de France, mené et réduit à 10, a arraché un bon point sur la pelouse de Schalke. Le PSG en a pris zéro sur celle de Porto, en pondant un match en bois.

On se doutait que la semaine de Ligue des Champions serait compliquée pour nos trois représentants, qui se déplaçaient tous chez des adversaires de bon niveau. Mais pas que ça tournerait à ce point-là au fiasco. Sans l'égalisation de Camara en fin de match sur la pelouse de Schalke 04, le foot français était "Fanny" sur cette 2e journée, ce qu'il a malheureusement pris l'habitude de faire au moins une fois par campagne de Ligue des Champions.

Oui, on peut remercier les Montpelliérains qui sont allés au bout d'eux-mêmes pour ramener un point de Gelsenkirchen. Les hommes de Girard avaient idéalement lancé leur match en ouvrant le score au quart d'heure de jeu. Mais poussé par une Veltins Arena en fusion, Schalke a alors réagi et commencé à creuser des brèches dans la défense montpelliéraine. Le MHSC s'est mis à perdre le ballon trop vite et trop bas et la sanction est tombée 10 minutes plus tard avec l'égalisation de Draxler.

En début de deuxième période, Montpellier a pris un sacré coup derrière la tête avec la double peine pénalty + expulsion (sévère, de surcroît) de Bocaly. Mené 2-1 et à 10 contre 11 pendant quasiment toute une mi-temps, autant dire qu'on ne donnait pas cher de la peau des Héraultais. Et pourtant, grâce à un Jourdren impérial et une solidarité sans faille, Montpellier a d'abord tenu bon avant d'aller chercher un point inespéré dans les ultimes minutes du match.

Girard, la classe à l'état pur
 
Le champion en titre a eu du retard à l'allumage mais semble avoir retrouvé une bonne partie de ses vertus depuis trois matchs. Avec deux victoires face à Olympiakos - difficile mais pas insurmontable - le MHSC serait certain d'être encore dans la course à la qualification jusqu'au bout. En attendant, bravo aux Montpelliérains d'y avoir cru jusqu'au bout et de s'être sortis les tripes. En revanche, il a encore fallu que Girard se fasse remarquer en faisant un doigt d'honneur au coach de Schalke. La classe à l'état pur...

Dans l'autre match qui nous intéressait, le PSG a connu sa première défaite de la saison en livrant une prestation horrible à Porto. Alors jeudi tout le monde va gloser sur les raisons de cet échec, mais pour moi il n'y en a qu'une : il faut que les Parisiens arrêtent de se la péter ! En face, ce n'était ni Ajaccio, ni Sochaux, ni Toulouse. Face à une équipe qui joue haut, avec des joueurs qui vont vite, les tricotages devant la surface ça ne passe pas.

Vous vous doutez que je vise plus particulièrement Verratti. Je ne vais pas remettre ça sur le petit Italien ni me gausser de ce que j'avais dit après son match à Lille. Mais… c'est bien ce que je craignais : quand le niveau de l'adversaire s'élève, que le pressing est plus haut et plus intense et qu'il a moins de temps pour s'organiser, le "nouveau Pirlo" n'y arrive plus. Maintenant il n'a pas été le seul à faillir dans cette équipe parisienne.

Van Der Wiel a livré une prestation cataclysmique. Quant à Maxwell, les mots me manquent. Non seulement il a été apocalyptique sur le plan défensif, mais quand il avait l'occasion de centrer en position d'ailier il a systématiquement préféré se remettre sur son pied droit pour passer en retrait ou perdre le ballon. C'est bien la peine d'avoir un attaquant d'1,95m… De fait, Zlatan n'a reçu qu'un seul bon centre, celui de Nene, et il l'a goinfré.

Porto donne la recette à l'OM

Chantome et Matuidi ont fait ce qu'ils ont pu au milieu pour essayer de colmater les failles, Sakho s'est jeté sur tous les ballons… mais ça n'a pas suffi. Sans un Sirigu très inspiré, Paris pouvait prendre une belle fessée cul nu. Il faut espérer que cette défaite va leur servir de leçon : la Ligue des Champions, ce n'est pas Ligue 1. Loin s'en faut. Sur la pelouse de Porto, le PSG n'avait pas le niveau nécessaire pour bien figurer dans cette compétition.

Maintenant, la qualification est encore à portée de main. On peut supposer que Paris va prendre 6 points face à un Dynamo Zagreb faiblard et presque déjà éliminé. Mais à 4 jours d'OM-PSG, cette défaite peut avoir une influence. Au passage, on remarquera qu'Ibra a eu son rendement habituel en LDC : c'est-à-dire quasi-nul. Le Suédois n'a jamais brillé dans cette compétition et ce ne sont pas ses deux premiers matchs avec Paris dans cette édition 2012-2013 qui vont inverser la tendance.

Quant à Lavezzi, sorti sur blessure 6 petites minutes seulement après son entrée, c'est bien beau de déglinguer une glacière de rage en retournant sur le banc. Mais de ce que je sais par des personnes proches du club, sa vie privée actuellement n'est pas compatible avec le foot pro. C'est une très triste soirée pour Paris, qui va devoir se ressaisir vite. Car devant leur télé, les Marseillais n'ont pas dû en rater une miette. Porto leur a donné la recette pour emmerder le PSG : du pressing, encore du pressing, toujours du pressing. Et comme  Baup va faire tourner jeudi soir à Limassol, les titulaires seront frais… Ca promet !


Pierrot