Insuffisant pour Monaco ?
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
En s’inclinant sur la plus petite des marges au Juventus Stadium, Monaco s’est compliqué la tâche avant un match retour qui s’annonce tendu à Louis II.

J’avais la sensation, avant ce match aller, que Monaco avait les moyens de faire quelque chose sur la pelouse de la Juve. Notamment parce que le scénario annoncé semblait correspondre aux qualités monégasques et au fait que l’actuel 3e de Ligue 1 est plus à l’aise à l’extérieur qu’à domicile. Le début de seconde période a d’ailleurs confirmé cette tendance, avec très vite une énorme occase pour les joueurs du Rocher avec ce déboulé de Martial et ce caviar offert à Carrasco… qui a malheureusement frappé sur Buffon.

En face, mis à part une grosse occasion pour Vidal, la Vieille Dame n’a pas montré grand chose avant le repos. Il faut dire que bon, ce n’est quand même pas la Juve de Platoche ou de Zidane. C’est bien organisé - sinon ce ne serait plus la Juve - mais c’est lent dans la construction et ça ne respire pas le talent à tous les étages. Le problème, c’est que l’ASM s’est progressivement éteinte au fil de la seconde période et que les jeunes ont été bien meilleurs que les supposés cadres.

Moutinho a traversé le match tel Fantomas et sa cape, contrairement à Kurzawa - auteur d’une très belle prestation sous les yeux de Deschamps -, Kondogbia et même Martial, qui a encore montré que sa vitesse et sa conduite de balle pouvaient faire de gros dégâts. Seulement, à l’heure de jeu, Monaco a concédé un penalty sur une « classique Carvalho » : « je crochète le mec et je tombe en même temps pour essayer de berner l’arbitre. »

Le défenseur portugais fait ça depuis qu’il joue au foot, il l’a fait dans chaque club où il est passé. Pas de pot, l’arbitre aussi était de niveau Ligue des Champions. Alors oui, ce dernier aurait aussi pu siffler penalty en première période pour la faute de Chiellini sur Martial. Mais en revoyant l’action au ralenti, on s’aperçoit que l’attaquant français est devant mais qu’il retient autant Chiellini que Chiellini le retient.

A l’arrivée, le match ne restera pas dans les mémoires. La prestation des asémistes était honorable mais j’ai peur que ce soit insuffisant. Certes, remonter un but lors d’un match retour à la maison, sur le papier ça n’a rien d’insurmontable. Malheureusement, à domicile l’ASM n’offre que peu de garanties. D’autant que les Turinois seront cette fois dans une position idéale : attendre, gagner du temps et contrer, on sait faire dans le Piémont…

 

Pierrot