Hold-up à la parisienne
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Au terme d’un match mou, Paris a obtenu ce qu’il était venu chercher à Chypre : trois points. Mais ça n’a pas été brillant…

Vu les deux premiers matchs des Chypriotes en Ligue des Champions - défaite 1-0 au Camp Nou et nul face à l’Ajax - et vu l’état de forme actuel du PSG, il ne fallait pas s’attendre à une grande soirée de foot au GSP Stadium de Nicosie. Mais à ce point-là… Je vais finir par croire qu’il y a un jeu entre les joueurs parisiens : celui qui perd le ballon récolte une amende, une claque ou une chiquenaude derrière l’oreille. Pas d’envie, aucune prise de risque. Enfin, si : Pastore prend des risques. Mais il en prend tellement qu’il perd 60% de ses ballons.

Ajoutez à ça un Motta et un Verratti dans un mauvais soir, un Matuidi moyen, un Lucas qu’on n’a quasiment pas vu, pas plus que Cavani jusqu’à son but, et vous avez tous les ingrédients d’un match bien soporifique. Un match que le PSG n’a pas perdu grâce à un sauvetage venu d’ailleurs de David Luiz sur sa ligne. Alors après, je veux bien qu’on me parle de coaching, mais avec tout le respect que j’ai pour l’effectif du club parisien, en être réduit à faire entrer Bahebeck pour faire la différence devant…

 

Le premier 1-0 de la saison

Toujours est-il que c’est lui qui remet de la poitrine pour Cavani, auteur d’un but à la Gerd Müller. Un but qui a l’immense mérite d’exister et donc de sauver l’essentiel, mais qui en revanche ne sauve pas la copie d’ensemble de l’attaque parisienne. Je rappelle au passage que Paris a la meilleure défense de Ligue 1, ce qui montre bien que le problème de cette équipe en ce moment, se situe devant. Et on reparle évidemment de l’absence de Zlatan. Cela fait maintenant six matchs que le géant suédois n’est pas là et Paris n’a pas le début du commencement d’une solution pour jouer sans lui.

Malgré tout, l’essentiel est là. Les trois points et la première place du groupe conservée. C’est d’ailleurs la première fois que le PSG remporte un match 1-0 cette saison. Un événement.  Mais c’est vrai que, quand on voit jouer Chelsea, le Shakhtar et surtout le Bayern qui nous a fait le coup d’Allemagne-Brésil face à une équipe de la Roma pourtant en grande forme depuis le début de la saison, on se dit qu’en ce moment, le PSG est très, très loin de ce niveau. Maintenant, il faudra aussi - surtout en Ligue des Champions - juger les Parisiens lorsqu’ils seront au complet. Ce qui veut dire avec Ibra.

Pierrot