France - Pays-Bas : l'analyse
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Les Bleus ont confirmé leur renouveau en battant les Pays-Bas au Stade de France. Et Benzema semble avoir enfin pris son envol sous le maillot bleu.

Après la soirée magique contre l'Ukraine, on attendait une confirmation de la part des Bleus. On savait qu'avec les Pays-Bas, on affrontait un adversaire d'un autre niveau, même s'il y avait des absents chez les Bataves. Le début de match était un peu inquiétant car on a plusieurs fois eu droit à d'importantes séquences de possession de balle néerlandaise autour d'un bon Sneijder.

Avoir la possession, c'est bien, mais on a encore eu la preuve que ça ne fait pas tout. Si c'est pour jouer à la baballe et la faire tourner sans s'approcher du but, c'est inutile. Les Bleus, eux, se projetaient très vite vers l'avant à la récupération et ça a vite payé avec l'ouverture du score signée Benzema, d'une puissante demi-volée croisée.

Même topo sur le second but français, articulé sur une belle construction rapide après une récupération au milieu. Si bien qu'à la mi-temps, le score reflétait parfaitement l'enthousiasme et la vivacité des Bleus lors du premier acte. Alors c'est vrai qu'après, c'était un match amical coincé entre les deux matchs des 8e de finale de Ligue des Champions et beaucoup de joueurs étaient visiblement dans la gestion de leurs efforts, ce qu'on ne peut guère leur reprocher.

Les hommes de Deschamps n'ont donc pas forcé en seconde période, mais en même temps c'était à se demander si les Néerlandais étaient au courant qu'ils étaient menés tellement ils ne réagissaient pas. Alors comme c'était le dernier match avant la liste des 23 que communiquera Deschamps en mai, le petit jeu du "qui a marqué des points et qui en a perdus" s'impose.

Porte ouverte pour Griezmann

Matuidi lui, n'avait pas franchement besoin de marquer des points. Ça ne l'a pas empêché de sortir un match de très haut niveau. Inutile de lui tresser des louanges, il banalise l'extraordinaire cette saison. Mais le plus marquant dans ce match, c'est bien évidemment la prestation de Benzema. Avec de la confiance, de l'envie et de la tonicité, le Madrilène a réalisé l'une de ses prestations les plus abouties sous le maillot bleu, avec un très joli but et une participation au jeu plus qu'intéressante.

Comme je le disais dans les notes, c'est de ce Benzema-là dont l'équipe de France a besoin. Quant au petit Griezmann, il a semblé intimidé mais on sait que ce n'est pas facile de rentrer dans un tel contexte. Une première sélection, c'est compliqué. De là à dire qu'il a perdu des points par rapport à d'autres, je ne crois pas. Deschamps lui a ouvert la porte et s'il maintient son niveau de jeu avec la Real Sociedad jusqu'à la fin de la saison, il aura son billet pour le Brésil en poche.

Ce qui est sûr, c'est que le Stade de France était blindé, qu'on a dû refuser plus de 20 000 personnes, que les gens ont passé une belle soirée et que le rapport confiance/défiance vis-à-vis de cette équipe est en train de s'inverser. Finalement, ce n'était évidemment pas l'objectif principal de cette soirée, mais ces relations apaisées entre les Bleus et leur public vont s'avérer capitales pour la suite. De ce point de vue, c'est une soirée très réussie pour les Bleus.

Pierrot