France-Islande : notes des Bleus et analyse

Posté par Pierre Ménès le 25 Mars 2019

Lloris (6) : Il a eu deux arrêts à effectuer. Il les a effectués. Des matchs de ce genre, il va en jouer beaucoup lors de ces éliminatoires… 

Pavard (6) : Le jour et la nuit par rapport à sa triste sortie moldave. Beaucoup plus présent dans le jeu, il offre un bon centre pour Giroud en première période, balance deux frappes en mode Argentine de peu à côté et donne le deuxième but à Giroud. En gros progrès.

Varane (5) : Un match tout pépère. Contre une équipe qui n’attaque pas, ce n’était pas compliqué non plus. Il a essayé de relancer proprement et de s’intercaler un peu au milieu. Intéressant, sans plus. 

Umtiti (6) : Bravo à Deschamps qui a pris le risque de l’aligner une deuxième fois en trois jours, parce que c’est lui qui ouvre le score d’un joli but de la tête. Le reste du temps, il a fait quelques bonnes interventions défensives. 

Kurzawa (5) : Une bonne activité. Ce qu’on peut regretter c’est que les Bleus n’aient pas utilisé sa vitesse côté gauche. Mais les Islandais étaient tellement regroupés derrière… Il a eu vingt minutes difficiles après le repos mais dans l’ensemble, sa prestation est très correcte.

Kanté (7) : Il s’en tire bien en ne récoltant pas de jaune sur son tacle par derrière en première période. Une grosse activité au milieu, il a gratté beaucoup de ballons, avec une bonne participation au jeu en prime. Lui aussi a été bien meilleur qu’en Moldavie. 

Pogba (6) : Moins en vue qu’en Moldavie mais avec moins de liberté également, il a longtemps peu pesé sur le jeu. Quand la fatigue a commencé à se faire sentir côté islandais, il a été beaucoup plus présent dans les phases offensives. Quelques jolis dribbles et il est à l’avant-dernière passe sur les buts de Mbappé et de Griezmann.

Matuidi (6) : Sa présence était-elle indispensable pour ce genre de match ? Un Fekir ou un Lemar n’auraient-ils pas apporté un peu plus offensivement ? Deschamps a son équipe, il a gagné 4-0, on ne va pas râler non plus. Blaise a été comme d’habitude : généreux.

Griezmann (7) : Jusqu’à sa passe décisive pour Mbappé, on sentait qu’il était bien en jambe mais il ne pesait pas sur le jeu. Et puis en fin de match, il donne une très bonne passe décisive à Mbappé - comme quoi, c’est possible - et marque sur une passe de Mbappé - comme quoi, c’est possible aussi. De là à dire que j’ai bien fait de râler au CFC, les gens en tireront les conséquences qu’ils veulent.

Mbappé (8) : Une bien meilleure intégration au jeu par rapport à la Moldavie. C’est lui qui offre le premier but à Umtiti sur un joli centre et en seconde période, il a placé quelques accélérations avant de marquer un vrai but de buteur sur le décalage de Griezmann puis d’offrir la pareille au joueur de l’Atletico d’une belle talonnade. Un but, deux passes décisives, ça être dur de le tailler sur ce coup-là…

Giroud (6) : Ce n’est pas ce match qui va réconcilier les pro-Giroud et les anti-Giroud. Les Pros diront qu’il a dépassé Trezeguet au classement des buteurs en Bleu avec ce 35e but inscrit de la cuisse. Les antis eux, diront qu’à part ce but, il n’a pas existé dans le jeu. Et au final, les deux ont raison. Maintenant, il est évident que, tant qu’il marquera, il n’y aura aucune raison de contester sa place.

 

L’analyse

Il va falloir s’habituer à voir l’équipe de France jouer contre des bus ou des murs. Après l’autocar moldave, on a eu droit hier soir à l’iceberg islandais. J’ai du mal à croire qu’une équipe qui s’est qualifiée pour la phase finale des deux dernières grandes compétitions internationales (et qui avait même bien figuré à l’Euro) vienne au Stade de France avec aussi peu d’ambition dans le jeu. 

En fait, les Islandais n’ont rien fait d’autre que d’essayer de ne pas prendre une fessée… qu’ils ont finalement reçue lorsque la possession de balle française a conduit à leur inéluctable épuisement. Malgré la victoire, je n’avais pas kiffé plus que ça le match en Moldavie. Surtout compte tenu de l’effroyable faiblesse de l’adversaire. Cette fois, j’ai trouvé les Bleus plus cohérents et plus collectifs. 

Lors du dernier CFC, j’avais un peu mis le doigt sur l’exclusion de Mbappé du circuit préférentiel des Bleus. Alors évidemment, cela a profondément déplu. Je défendais mon chouchou et je n’y connaissais rien en foot. La preuve en est qu’il a été beaucoup mieux intégré au jeu hier soir, qu’il marque sur une « passe dé » de Griezmann et qu’il lui en donne une en retour. Ou alors, c’est mes yeux. De toute façon, il est dans l’intérêt supérieur de l’équipe de France que nos deux meilleurs joueurs combinent au maximum entre eux. 

Dix champions du monde étaient sur le terrain hier soir (seul Kurzawa qui remplaçait Hernandez n’en faisait pas partie), cela fait huit buts en deux matchs et une première place du groupe. Bref, tout va bien. On est d’accord, globalement cette poule devrait être une promenade de santé pour la bande à Deschamps. Ce ne sera pas forcément de grands moments de plaisir footballistique pour les joueurs eux-mêmes et pour ceux qui vont les regarder. Mais bon, l’essentiel est de se qualifier et pour le reste, on attendra la prochaine phase finale. 

Pierrot