France-Espagne : l'analyse
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Une prestation d'ensemble correcte et en progrès, des jeunes qui s'affirment et une qualité de jeu intéressante : ce France-Espagne peut servir de base de travail pour les Bleus.

Avant de s’arrêter sur la prestation de l’équipe de France, je vais m’arrêter l’espace de quelques lignes sur celle d’Espagne, qui sort d’une Coupe du Monde terrifiante qu’elle n’a de toute évidence pas digérée. On a vu au Stade de France une équipe peu  concernée, qui a joué à la baballe de façon totalement inoffensive, avec un Diego Costa qui était là comme un cheveu sur la soupe.

Pourtant, il reste de grands joueurs dans cette équipe, qui jouent tous dans des grands clubs. Mais là, quelque chose ne tourne pas rond dans cette  Seleccion et il va falloir que Del Bosque fasse quelque chose très rapidement. Mais ça, c’est le problème des Espagnols.

Nos Bleus eux, vont plutôt pas mal. Alors c’était un match de reprise, le niveau n’était pas dingue loin de là, mais je trouve que le collectif et le jeu de transition de l’EdF étaient  intéressants et en progrès. Avec une montée en puissance au fil des minutes qui a permis à Pogba, Valbuena et Debuchy d’être plus performants après le repos qu’avant.

Les Bleus avaient déjà marqué un but injustement refusé après une action bien construite et ils en ont marqué un autre encore plus joli avec Benzema et Sissoko à la construction, la passe décisive de Valbuena et la frappe sans contrôle de Rémy.

Utile pour le futur

Les Bleus capitalisent donc de la confiance et commencent à développer un liant dans leur jeu qui me paraît prometteur. Maintenant, puisqu’on va jouer dans un groupe de qualification alors qu’on est qualifié d’office - une aberration de plus de la part de l’UEFA – Deschamps a deux ans pour peaufiner une identité de jeu plus forte.

Il a édifié le premier étage de sa fusée et il a fédéré autour de cette équipe de France, qui a retrouvé une image positive auprès de ses supporters. Maintenant, il faut qu’elle produise un football plus séduisant et plus efficace. Dans cette optique, ce match est un bon début. A l’arrivée, on ne peut pas dire qu’on se soit tenu les côtes toute la soirée, mais ça restera un match très utile pour le futur des Bleus.

Un futur qui passera forcément par des joueurs comme Varane et Pogba. Ces deux-là doivent devenir des cadres indispensables à cette équipe d’ici 2016. Ils ont tout : la classe, le gabarit, l’aisance technique. A eux de continuer à en faire bon usage.

Pierrot