France - Allemagne : les notes des Bleus
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Lloris et Griezmann monstrueux, Sissoko, Koscielny et Umtiti excellents, Pogba et Matuidi très bons… Compliqué de donner une mauvaise note à un Bleu ce soir.

Lloris (9) : Deux arrêts exceptionnels, le premier sur une frappe de Müller en première période, le second sur la tête de Kimmich en fin de match. Et le reste du temps, il a dégagé une immense sûreté. C’est un gardien qui a fait beaucoup de sceptiques pendant longtemps. Je crois que sur cet Euro et a fortiori sur ce match, il a mis tout le monde d’accord. 

Sagna (6) : A mon grand étonnement, il n’a pas été beaucoup inquiété sur son côté. Hector est très peu monté, Drexler a beaucoup navigué et n’a pas cherché à la provoquer, il s’est donc contenté - ce que les Bleus ont fait pendant une bonne partie du match - de défendre, ce qu’il a fait avec beaucoup de sûreté.

Koscielny (8) : Pour quelqu’un qui jouait son deuxième match en sélection axe droit, il a été d’une grande sûreté et d’une intransigeance totale dans le jeu aérien. Jusqu’ici, il fait un très gros Euro.

Umtiti (8) : Quel choix de Deschamps ! Lui qui était réserviste, au fin fond du banc et qui est rentré dans l’équipe par le truchement de la suspension de Rami, il a sorti beaucoup d’interventions décisives et fait montre de mordant et de calme. Dans de telles circonstances, c’est vraiment une très grosse prestation.

Evra (6) : Une première période difficile parce que les Allemands ont attaqué en nombre de son côté, et pratiquement sans discontinuer. Il avait souvent deux joueurs dans sa zone et ne pouvait donc pas être sur tout le monde. Le fait d’être à l’origine du penalty dans ce duel aérien avec Schweinsteiger a dû lui donner un surplus de confiance, parce qu’en deuxième période je l’ai trouvé beaucoup plus concentré défensivement. C’est son meilleur match depuis le début de l’Euro.

Pogba (7) : Les circonstances du match l’ont obligé à énormément défendre, ce qu’il a bien fait même si ce n’est pas forcément ce qu’il aime. Sa récupération sur Kimmich et son enchaînement sur le deuxième but de Griezmann ont été décisifs. Lui aussi, c’est son meilleur match de l’Euro. 

Matuidi (7) : Il a vraiment travaillé au fond de la mine dans ce match. Beaucoup de travail défensif. C’est lui qui lancé la première action offensive du match avec ce double une-deux avec Griezmann. Il a parfois perdu quelques ballons à la relance et sur des approximations techniques. Mais son travail défensif, surtout dans un match où l’équipe de France n’a pas beaucoup eu le ballon, a été capital.

Sissoko (8) : Un match monstrueux sur le plan physique. Il était partout, tout le temps. Au niveau combativité, récupération, il a été très bon. Alors c’est vrai que du coup, il a peu occupé son couloir droit sur le plan offensif, mais encore une fois ce n’était pas un match où l’équipe de France a pu attaquer. Quel choix gagnant de Deschamps.

Payet (6) : Le temps qu’il a passé sur le terrain, il a surtout joué contre nature, car les Allemands sont énormément passés par son côté sur le plan offensif. Il a donc dû faire énormément d’efforts défensifs, ce qui n’est pas précisément son point fort. Mais il a fait le boulot sans rechigner, ce qui a évidemment nui à son rendement offensif. Un sacrifice méritoire qui lui a valu de finir très fatigué. 

Griezmann (9) : Quand tu mets deux buts en demi-finale d’un Euro, tu ne peux pas avoir une autre note. Au-delà de ce péno et de ce but de renard, son positionnement dans les intervalles était parfait. Dans un match où les Bleus avaient du mal à respirer, il a toujours trouvé du temps pour prendre la balle, organiser et se créer des occases. C’est le roi de cet Euro. Et ce n’est peut-être pas fini.

Giroud (5) : Il n’a pas eu un ballon en première période, c’était donc compliqué d’exister. Et le peu qu’il a eu à négocier, il s’est un peu précipité. Ce qui n’enlève rien à sa combativité, notamment dans le jeu aérien. Et puis bon, quand tu élimines l’Allemagne en demi-finale, tu as forcément la moyenne. 

Chez les remplaçants, Kanté a joué sur sur velours à un moment où il fallait apporter du combat et de la récupération. Gignac et Cabaye ont trop peu joué pour être jugés. 

Pierrot