France-Allemagne : l'analyse
Posté par Pierre Ménès le 17 Octobre 2018

L’essentiel est là. L’équipe de France a donc gagné ce match face à l’Allemagne sur l’air de « si vous n’aimez pas ça, n’en dégoûtez pas les autres ». La première période a quand même été très compliquée face à une Mannschaft qui s’est retrouvée très facilement, trop facilement en position de faire mal aux Bleus en contre. Tant que Matuidi était exilé sur le côté gauche, il y avait trop d’espaces au milieu, un mal aggravé par le fait que ni Kanté ni Pogba n’ont été bons avant le repos. Les Allemands pouvaient donc combiner à loisir dès la récupération du ballon.

Le premier tournant arrive avec cette perte de balle idiote de Pogba qui profite à Sané dont le centre à bout portant heurte l’aisselle de Kimpembé. Je trouve le penalty très sévère. Comme je l’ai tweeté pendant le match, j’en appelle à la jurisprudence Marius Trésor 1978. Les plus anciens se souviennent sans doute de ce penalty sifflé pour l’Argentine pour une main totalement involontaire de Trésor. La France entière avait crié au scandale. Eh bien c’est rigoureusement la même action. Comment peut-on tacler les bras collés au corps ? Qu’on m’explique ça. Ou alors qu’on m’explique comment la main peut être intentionnelle dans ce genre de situation.

En seconde période, on a vu un tout autre visage de l’équipe de France. Aussi parce que l’Allemagne n’a pas eu les moyens de sa politique et a baissé de pied après le repos, mais les Bleus ont eu le mérite d’insister et d’égaliser sur un joli but de Griezmann avant de s’imposer sur un penalty très généreux. Parce que clairement, les images montrent que c’est Matuidi qui marche sur la cheville de Hummels, ce qui entraîne sa chute. À mon avis, avec la VAR aucun des deux pénos n’était sifflé. 

À l’arrivée, cela fait donc une nouvelle victoire pour les Bleus. Avec encore une fois, peu d’enseignements à en tirer. Mais la vraie question, c’est : est-ce que Didier Deschamps en cherche, des enseignements ? Ou bien veut-il juste surfer sur le titre de Champion du Monde et attendre qu’une sélection naturelle s’opère ? Attendre de savoir si Pavard va tenir la distance. Si Kimpembé peut se remettre de ses deux mauvaises prestations. 

Reste l’éternel dossier Giroud. Je suis souvent très sévère avec lui mais force est de reconnaître que face à l’Allemagne, il a été convaincant. Dans sa participation au jeu notamment, avec pas mal de déviations et de remises dans le bon tempo. Maintenant, l’organisation de jeu des Bleus depuis la Coupe du Monde fait que l’attaquant de Chelsea ne marquera jamais beaucoup de buts dans cette équipe construite offensivement pour Griezmann et Mbappé. Ce style de jeu peut lui permettre d’être utile à l’équipe, mais plus d’être un buteur régulier, rôle que se partagent désormais les deux stars offensives de l’équipe de France. 

Pierrot