Fortunes diverses
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Deux victoires, une défaite, les défenseurs lyonnais qui claquent, Rémy qui se "nettoie" avec un doublé et Bordeaux qui perd en jouant : un jeudi d'Europa League...

Après le bilan famélique de nos représentants en Ligue des Champions, on attendait un peu mieux en Ligue Europa, d'autant que les deux Olympiques jouaient face à des adversaires prenables sur le papier. Chronologiquement, c'est l'OL qui a ouvert les hostilités chez les Israéliens de Shmona, avec un match euh… folklorique. Et truffé d'erreurs défensives des deux côtés, ce qui explique ce score inhabituel.

Autre rareté : les 4 buts lyonnais ont été inscrits par des joueurs à vocation défensive. Bref, c'était une rencontre rigolote à suivre mais ni sérieuse, ni constructive, à l'image du but de Monzon et ce coup-franc qui traverse le mur. Le grand mérite de l'OL est d'avoir remporté ce match et de compter 6 points, ce qui va lui permettre de pouvoir gérer la suite de cette compétition plus sereinement.

Au départ, ça semblait être du gâteau pour l'OM. Même avec une équipe grandement remaniée par Baup - notamment dans le secteur défensif - jouer un club chypriote au Vélodrome ne devait être qu'une formalité. Ca ne l'a pas été pendant une heure. Oui, Marseille a été grandement mise en danger par cette équipe de Limassol qui pratiquait un pressing très haut. Et c'est en toute logique que les visiteurs ont ouvert le score.

Paradoxes bordelais

Mais l'égalisation de Fanni juste avant la mi-temps a tout changé. Car après la pause, les Phocéens sont revenus sur le terrain plus relâchés. Les entrées de Valbuena et de Gignac ont dynamisé l'animation offensive et Rémy y est allé d'un petit doublé qui lui a visiblement fait beaucoup de bien. Après son premier but, il s'est frotté le visage à deux mains comme pour se nettoyer de la malchance et des blessures qui lui ont pourri cette année 2012.

En fin de match, les Chypriotes ont logiquement explosé sur le plan physique et l'OM l'a finalement emporté sur un score assez flatteur. Mais on va dire que ces 5 buts gomment un peu les 4 encaissés à Valenciennes et préparent au mieux le choc de dimanche soir face à Paris.

Et puis, on a aussi eu droit au paradoxe bordelais. Les Girondins ont gagné à Gerland dimanche dernier en étant archi-dominés pendant toute la rencontre. A Saint James Park, ils ont montré un visage beaucoup plus séduisant, avec une vraie bonne première mi-temps, mais ils prennent un 3-0 sec. Victimes du réalisme absolu d'une équipe de Newcastle qui a plié le match en 40 minutes.

Nasri ? Pas le moment...

Je suis certain que Francis Gillot et les supporters bordelais préféreront le match à Lyon à celui-là. Et pourtant, dans le contenu c'était beaucoup mieux dans le Nord de l'Angleterre que dans le Rhône. Et comme c'était la soirée des paradoxes pour les Girondins, on notera que le meilleur Bordelais de la soirée jouait à Newcastle et se nomme Obertan. L'ancien pensionnaire du centre de formation bordelais a bien progressé et a fait la misère à Mariano.

Enfin, un petit mot sur la liste communiquée par Deschamps pour Espagne-France. Eh bien ce qui est sûr c'est qu'on sait à quoi s'attendre avec l'arrivée de Sissoko et le retour de Lassana Diarra. J'imagine déjà à quoi va ressembler le milieu de terrain des Bleus face aux Champions du Monde et d'Europe. Mavuba et Diaby blessés, on va avoir droit à un trio Capoue-Diarra-Cabaye dans l'entrejeu. Wow, qu'est-ce qu'on va se marrer !

Quant à Nasri, DD a vite réglé le problème avec un évocateur et sibyllin "ce n'est pas le moment". Mais ce sera quand, le moment ? Peut-être jamais. En tout cas, ce ne sont pas les récentes prestations de l'ancien Marseillais avec City qui vont pousser le sélectionneur à reconsidérer sa position…

Pierrot