Encore de la casse
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Montpellier et Lyon éliminés, Monaco et Lille qui passent à l'arrache. Cette année encore, la Coupe de France n'en fait qu'à sa tête.

On connaît désormais tous les qualifiés pour les quarts de finale de la Coupe de France et on en connaît déjà les affiches puisque France Télé fait les tirages au sort avant même que tous les matchs soient joués. Comme au tour précédent avec les éliminations du PSG, de l'OM ou de Bordeaux, il y a eu de la casse chez les cadors lors de ces huitièmes de finale. Et ça a commencé mardi, avec une première surprise en provenance de Cannes.

Récidivistes - ils avaient sorti Saint-Etienne en 32e de finale - les Azuréens de Jean-Marc Pilorget ont tenu tête à Montpellier et ont fini par faire la décision en toute fin de prolongation, après que Niang a raté un pénalty 15 minutes plus tôt. En quart, les Cannois joueront à la maison pour la 5e fois d'affilée et auront l'occasion de créer un nouvel exploit face à leur troisième club issu de l'élite : Guingamp.

Les deux autres matchs disputés mardi soir ont donné lieu à des scénarios complètement fous. A Angers d'abord, avec un duel entre pensionnaires de Ligue 2. La logique l'a finalement emporté puisque le second du classement est venu à bout de la lanterne rouge. Ça n'a pourtant pas été simple puisque les Corses du CA Bastia ont mené deux fois au score. Mais les Angevins ont inscrit trois buts pendant la prolongation.

Monaco poussif

Même genre de physionomie à Lille, où Caen a mené 2-0 avant que le LOSC ne renverse totalement la vapeur en marquant trois fois. Mais les Normands ont trouvé les ressources pour égaliser à 3-3 dans les arrêts de jeu et tout s'est joué lors d'une séance de tirs au but où les Caennais ont finalement flanché, au bout du suspense.

Mercredi, les clubs bretons ont réalisé un joli carton plein à l'extérieur, Rennes l'emportant à Auxerre et Guingamp à L'Île-Rousse. Mais l'affiche de la journée avait lieu à l'Allianz Riviera, avec ce derby de la Côte d'Azur entre Nice et Monaco. Trois jours après avoir tenu en respect le PSG, les Monégasques ont réalisé un match assez poussif.

Alors bon, Ranieri avait pas mal remanié son équipe. Mais même en supériorité numérique dès le début de la seconde période, les joueurs du Rocher n'ont pas franchement dominé leur sujet et se sont montrés bien trop imprécis devant pour mettre en danger des Niçois qui se sont recroquevillés devant leur but au fil des minutes.

Lyon, un mal pour un bien ?

Et il a fallu attendre la fin de la prolongation et le premier but de Berbatov en France - qui a évité à sa nouvelle équipe une hasardeuse séance de tirs au but - pour que Monaco composte son billet pour les quarts. Monaco qui recevra Lens, vainqueur surprise à Gerland d'un Olympique Lyonnais qui voit donc échapper l'un de ses quatre objectifs de fin de saison. 

Peut-être un mal pour un bien pour les Gones, qui avaient pourtant ouvert le score par Briand dès les dix premières minutes de jeu. Jusqu'à la mi-temps, l'OL a géré son affaire assez tranquillement. Mais les Rhodaniens ont ensuite graduellement baissé de pied au fil de la rencontre et se sont surtout montrés particulièrement fébriles sur les coups de pied arrêtés lensois.

Contre toute attente, les Sang et Or ont égalisé au bout des arrêts de jeu, sur un pénalty évident - Zeffane étant coupable d'une faute évidente sur Coulibaly - avant de prendre l'avantage dès le début de la prolongation, Gbamin profitant de la mauvaise appréciation d'un Vercoutre pas bien inspiré sur le coup. Derrière, les Lyonnais ont bien tenté de réagir, mais sans parvenir à se montrer vraiment dangereux et ce sont même les Lensois qui aurait pu alourdir le score en contre.

Lille, Monaco et Lyon contraints d'aller en prolongation lors de ce tour de coupe de France : voilà qui pourrait avoir son importance ce week-end, lors de la 25e journée de championnat...


Pierrot