Du classique, mais sans Rabiot
Posté par Pierre Ménès le 17 Mai 2018

C’est sûr, ce n’est pas avec Didier Deschamps qu’il fallait s’attendre à un « Chimbonda » de derrière les fagots. Personnellement, je m’attendais à une liste sans surprise et au final, il n’y en a qu’une, c’est l’absence de Rabiot. Et d’ailleurs, est-ce vraiment une surprise ? On le sentait quand même un peu venir ces dernières semaines. Tout le monde sait que le sélectionneur n’avait pas apprécié ses déclarations en Bulgarie, lorsqu’il avait dit qu’il avait eu froid et peur de se blesser. Et puis bon, il n’a pas non plus été inoubliable lors des trois derniers matchs et c’est donc le Sévillan Nzonzi qui prend sa place.

C’est une douloureuse piqûre de rappel pour le Parisien. Le talent et la technique c’est une chose, mais il faut aussi se montrer généreux sur le terrain. En défense, on retrouve plus ou moins le groupe habituel, avec Pavard à droite en doublure de Sidibé et Rami dans l’axe qui, à partir du moment où DD voulait un central droitier pour suppléer Koscielny, s’imposait. Le Marseillais sera très content d’être remplaçant, il mettra de l’ambiance et de la positivité dans le groupe. Pour moi, c’est un bon choix.

Devant, je n’ai pas trouvé l’explication de Deschamps très claire quant à l’absence de Payet. Aurait-il été sélectionné s’il n’avait pas été touché à la cuisse, sachant que sa blessure le tiendra éloigné des terrains trois semaines maximum ? Il a choisi Fekir qui évidemment, mérite sa place et Thauvin, qui aura beaucoup à prouver. Il a eu un temps de jeu très limité avec les Bleus et a montré des déficiences dans les grands matchs. Et en Coupe du Monde, il n’y a que des grands matchs. Même contre les nations supposées faibles. S’il a sa chance et s’il la saisie, cela lui servira pour la suite de sa carrière. Et puis bon, sur l’ensemble de sa saison en Ligue 1, il le mérite lui aussi.

Pierrot