Des Rémois épatants
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Au menu ce soir : un derby de l'ouest gagné par d'étonnants Nantais et un spectaculaire et passionnant Reims-Monaco.

Je vais passer assez rapidement sur un Ajaccio-Montpellier qui avait tous les atours d'un matchs de bas de tableau, avec deux buts sur coup de pied arrêté, pas mal d'agressivité et globalement assez peu de jeu. Donc au final, un match franchement inintéressant. Je vais en revanche m'attarder plus longuement sur le derby de l'ouest remporté facilement par les Nantais au Stade de la Route-de-Lorient.

Alors je sais que ces derniers temps, je me fighte régulièrement avec des supporters rennais qui ne comprennent pas mon agacement envers le club breton. Soyons clairs : tout ce que je dis n'est pas dirigé contre Montanier, qui est quelqu'un que j'apprécie énormément. Et qui est certainement la personne que je connais depuis le plus longtemps dans le foot, puisqu'on prenait le petit-déj' ensemble tous les mardis à l'époque où j'étais à la fac à Nanterre.

Mais il faut arrêter de prendre les gens pour des gogos. Il a suffi qu'on évoque le mot "projet de jeu" pour que ce soit aussitôt gravé dans le marbre. Or, jusqu'ici, qu'est-ce qu'on a vu ? Trois 0-0 pitoyables en huit journées et cette défaite à domicile face au promu nantais qui fait tâche. Franchement, quand je vois le recrutement du Stade Rennais, je me dis qu'on a un peu remplacé Chapi par Chapo et Récho par Frigo. Alors qu'on ne parle pas de projet de jeu. Car il n'y a rien.

Etonnants Nantais

Julien Féret, qui est le maître à jouer de cette équipe depuis deux ans, joue aujourd'hui 20 mètres plus bas qu'avant et a quasiment disparu de la circulation. Oliveira semble avoir des qualités de buteur mais ne peut pas tout faire tout seul. Face aux Canaris, la défense a volé en éclats et on a retrouvé les défauts habituels du Stade Rennais : manque de caractère, manque d'envie, manque d'enthousiasme…

En face, les Nantais - que très honnêtement je ne voyais pas au mieux cette saison - ont montré tout ça, de façon assez étonnante. Djordjevic pensait partir cet été, il est finalement resté mais semble bien réagir moralement. Il marque régulièrement, et celui d'hier sur un centre de Deaux est très joli, ce qui ne gâche rien. Derrière il y a ce but assez épatant de Gakpe et malgré le poteau trouvé par Féret et la réduction du score d'Oliveira, on n'a jamais senti d'affolement chez des Nantais qui ont bien trouvé les espaces, avec une belle verticalité.

En revanche, le troisième but marqué par Deaux est ridicule. Le juge de touche lève son drapeau, trois défenseurs rennais s'arrêtent, Costil ralentit sa course et le milieu Nantais en profite pour marquer son premier but en Ligue 1. Ce but anecdotique aurait dû être refusé. Ca n'enlève rien à la performance du FCNA, qui emmagasine des points et de la confiance. En revanche, Rennes se retrouve devant un chantier intact…

Et puis à 21 heures, on a eu droit à un match pas loin d'être formidable. Parce que Monaco, bien que sacrément secoué par Reims, est parvenu à réagir. Comme à Marseille, comme à Paris. Mais surtout parce que les Rémois ont été absolument épatants. Il y a quinze jours, les hommes de Fournier avaient déjà été bons face Guingamp. Mais là, face à l'un des deux ogres du championnat, les Champenois se sont montrés à la hauteur, en mettant beaucoup de verticalité dans leur jeu.

Moutinho le filou

On a ainsi vu un bon Fortes, un Ayité entré en cours de jeu formidable, Devaux qui ouvre le score d'une jolie tête, un tir du même Devaux et une parade sensationnelle de Subasic, la frappe sur la barre d'Ayité, la tête de Kurzawa au premier poteau bref : on a vu un vrai bon spectacle et une équipe monégasque chahutée même si elle a su égaliser sur un coup-franc de filou de Moutinho sur lequel Agassa a sans doute commis l'erreur de placer son mur trop légèrement.

Perso, j'ai pris beaucoup, beaucoup de plaisir à regarder ce match. Cette formation rémoise est jeune, elle a de l'allant et, pour le coup, elle a le fameux projet de jeu qu'on essaie de vendre ailleurs et qui n'existe pas. Et puis ce match peut aussi montrer à ceux qui vont affronter le PSG et Monaco dans les semaines à venir que ce n'est pas forcément la solution d'attendre à 10 derrière en espérant un hypothétique et miraculeux match nul, comme celui qu'avait arraché Ajaccio au Parc.

Jouer crânement son jeu et tenter sa chance dans des matchs comme celui-là permet d'apprendre à vitesse grand V. Les Rémois l'ont parfaitement compris et l'ont tout aussi parfaitement appliqué sur le terrain. Le truc maintenant, c'est qu'Hubert Fournier est en droit d'attendre plus de ses joueurs et d'être plus exigeant en terme de jeu, parce qu'ils ont prouvé hier soir qu'ils étaient capables de le faire, et ce face à plusieurs joueurs d'envergure internationale.

Pierrot