Des favoris au ralenti
Posté par Pierre Ménès le 17 Juin 2018

On le sait, des équipes ont été championnes du monde en ayant fait un mauvais résultat lors de leur entrée en lice. Si c’est le cas, il y a beaucoup de favoris dans ce Mondial et finalement, au vu de leurs prestations, les Bleus avec leur pauvre succès 2-1 face à l’Australie ne s’en tirent pas trop mal. À l’arrivée, le favori qui a fait la meilleure impression, à savoir l’Espagne, n’a pas gagné son match. Comme les autres.

L’Argentine a été d’une inefficacité crasse face à l’Islande, tout comme l’Allemagne face au Mexique et le Brésil devant la Suisse. Alors je veux bien qu’on loue le courage, l’organisation, l’abnégation de toutes les équipes qui affrontaient les favoris, mais il y a une constance dans les matchs et les appréciations qui fait qu’on peut douter de tout ça.

Le Mexique a déchiré l’Allemagne en contre tout au long du match et a marqué par le jeune Lozano, auteur d’un joli but et qui aurait dû en marquer d’autres. En face, les joueurs de Löw ont manqué d’imagination, de mouvement et de vitesse. Alors ce n’était qu’un premier match, mais c’est une défaite. Ce qui pourrait vouloir dire, si la Mannschaft finissait deuxième de son groupe, qu’on pourrait avoir un Allemagne-Brésil en huitième de finale.

Pour ça, encore faudrait-il que la Seleçao termine première de sa poule, ce qui n’est pas formidablement bien parti puisqu’elle a concédé un match nul un peu stupide face à la Suisse. Stupide parce que les Brésiliens menaient à la pause et compte tenu de leur domination et du côté inoffensif de la Nati, ils auraient dû marquer d’autres buts. Au lieu de ça, ils se sont fait surprendre sur coup de pied arrêté, la faiblesse historique du Brésil. Je veux bien que Zuber pousse un peu Miranda, mais ce n’est pas suffisant pour siffler faute.Ensuite, le Brésil qui avait un peu abandonné la direction du jeu pendant 20 minutes, s’est un peu repris et a obligé Sommer a sortir quelques beaux arrêts.

Et puis on va parler un peu de Neymar. Bon déjà, il a une coupe de cheveux grotesque. Ensuite, physiquement, il est clairement à 50% de ses moyens, pas plus. Tite avait prévenu avant le Mondial qu’il ne fallait pas s’attendre à un grand Neymar pendant la phase de poule, on en a eu la confirmation. Même si je remarque au passage qu’il a subi huit fautes et provoqué deux cartons jaunes suisses dans ce match. Au final, le Parisien n’a pas été ridicule, mais c’est sûr qu’il doit monter en puissance. C’est normal puisque c’était son premier match officiel depuis plus de trois mois. Il n’y a donc rien de surprenant là-dedans.

Pierrot