Des demies démentes

Posté par Pierre Ménès le 8 Mai 2019

Je me souviens avoir lu, après la victoire du PSG à Manchester, un nombre incroyable de messages et de tweets qui disaient, en substance : « la Premier League est un championnat en bois, totalement surcoté et survendu ». Eh bien voilà le résultat : la finale de la Ligue des Champions 2019 sera 100% anglaise et celle de la Ligue Europa a de bonnes chances de l’être aussi. Je dis ça sous forme de boutade, car on a vécu deux demi-finales retour assez exceptionnelles. 

La première avec la « Redmontada » de Liverpool qui a atomisé dans un Anfield en fusion une équipe barcelonaise assez indigne. En fait, le Barça m’a fait penser à un non-voyant qui cherche sa canne. Une canne qui s’appelle Messi. Dès que les autres ont la balle, c’est « il est où le petit ? » et ils la lui donnent en espérant qu’il fasse un miracle. Il en fait souvent. Pas cette fois, même s’il s’est montré dangereux sur deux frappes et a délivré deux passes, à Alba et à Suarez, qui auraient pu ou dû être décisives. 

Le reste du match des Catalans a été lamentable. Avec comme symbole le but de la qualif’ d’Origi sur le corner de roublard d’Alexander-Arnold, sur lequel toute l’équipe de Valverde dort et se fait surprendre. On sentait le coup de tonnerre arriver au fil des minutes et tout le mérite en revient aux joueurs de Liverpool, qui ont livré un match dantesque dans une ambiance dantesque. Les Reds ont joué sans Keita, sans Salah et sans Firmino, ce qui semblait rédhibitoire. Mais ils ont tout donné. Origi est sorti de nulle part pour marquer en début de match, ce qui on le sait est toujours important quand on doit effectuer une remontée improbable. 

Ce qui est assez amusant, c’est que Klöpp s’était trompé en faisant jouer Wijnaldum dans un rôle hybride de faux avant-centre au Camp Nou, mais pour le retour il a fait entrer le Néerlandais à la mi-temps, au milieu et c’est lui qui a changé le match en signant un doublé en deux minutes. Liverpool sera donc en finale pour la deuxième année consécutive après une rencontre homérique. On pensait alors avoir eu notre dose maximale d’émotions fortes avec cette première demie. On se trompait. La deuxième a été encore plus incroyable.

Lucas, du placard à la finale

La « hype Ajax » a en effet pris fin brutalement avec cette hallucinante défaite hier soir face à Tottenham. Les joueurs de ten Hag n’auront donc remporté aucun match à domicile lors de la phase à élimination directe. Pourtant, ils s’étaient mis dans des conditions idéales pour le faire, avec un premier but très rapide de De Ligt et un second signé Ziyech. A la mi-temps, l’Ajax semblait avoir composté son billet pour Madrid. Sauf qu’en l’espace de cinq minutes au début de la seconde période, Lucas a signé un magnifique doublé. 

Quand il jouait au PSG, je l’aimais bien Lucas. Je trouvais qu’il avait une bonne bouille et qu’il était généreux sur le terrain. Avant son départ pour Londres, il était passé assez inexplicablement du statut de joueur le plus utilisé par Emery directement au placard. Peut-être sur ordre des dirigeants… En tout cas, on savait que le PSG ne savait pas recruter, on sait maintenant qu’il ne sait pas vendre non plus, avec les cas Matuidi et Lucas. C’est d’ailleurs le petit Brésilien qui a offert la qualification à son club avec une frappe croisée du gauche au bout des arrêts de jeu.

On notera que Lloris et Sissoko ont fait un grand match et personnellement, je me réjouis de cette finale 100% anglaise parce que je pense qu’on va voir une belle finale entre deux équipes qui se connaissent. Tottenham aura quand même fait un sacré parcours, entre sa qualification à l’arrache en phase de poule, celle obtenue à City et celle d’hier soir, à la 96e minute. Une finale qui mettra aussi aux prises deux grands entraîneurs, Klöpp et Pochettino. C’est un vrai vent de fraîcheur et de nouveauté sur la Ligue des Champions même si les deux finalistes, il ne faut pas s’y tromper, ont des budgets colossaux. J’espère que tous ceux qui ont kiffé l’Ajax en ont bien profité puisque cette équipe va être pillée cet été, avec déjà le départ annoncé de De Jong au Barça. 

Pierrot