Das ist Paris !
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
4-0 sur la pelouse du Bayer Leverkusen. Et il paraît que le PSG réalise un début d'année 2014 poussif...

Beaucoup de gens, depuis le début de l'année, se demandaient si le PSG était vraiment en forme, et ceci et cela. La réponse donnée par les Parisiens sur la pelouse de la Bay Arena s'est avérée aussi éclatante qu'implacable. Alors bien sûr, le Bayer n'est pas dans sa forme optimale et les anti-PSG chroniques n'oublieront pas de signaler que l'adversaire était très faible - ce qui reste à prouver.

Quoi qu'il en soit, la prestation parisienne a été parfaite. Un réalisme offensif quasi-total, une concentration défensive parfaite et une mainmise insolente au milieu. On ne peut pas galvauder une équipe qui l'emporte 4-0 sur le terrain du deuxième de la Bundesliga, avec 670 passes et 65% de possession de balle.

Après, je veux bien qu'on me raconte tout ce qu'on veut. Mais dans ce cas, il ne fallait pas s'extasier sur le Barça pendant des années. Hier soir, on a vu une équipe évoluer clairement au-dessus d'une autre. Evidemment, en ouvrant le score dès la 3e minute de jeu, Paris s'est grandement simplifié la soirée.

Chef-d'oeuvre du pied gauche

Si on veut voir une différence entre le PSG version Ligue 1 et celui de la LDC, c'est peut-être au niveau de la concentration et de la qualité de la prestation des deux joueurs de côté. Lucas et Lavezzi ont été très bons. Tout comme Maxwell, qui semble parfois expédier les affaires courantes en championnat et qui est présent sur trois des quatre buts parisiens hier soir.

Finalement, il n'y en a qu'un qui, face à Brest, Valenciennes ou Leverkusen, joue toujours à bloc : c'est Ibra. Dans une position un peu plus décrochée qu'à l'accoutumée - ce qui permettait à Lavezzi de souvent repiquer dans l'axe et explique peut-être la bonne prestation de l'Argentin -, le Suédois a rayonné. Le pénalty est tiré à la perfection, et que dire de ce chef-d'oeuvre du pied gauche, parfait négatif de celui inscrit du pied droit sur la pelouse d'Anderlecht ?

Les onze titulaires ont été excellents et les deux entrants se sont tout de suite mis au niveau, Cabaye signant même son premier but sous les couleurs parisiennes d'un joli plat du pied dans la lunette. Alors soyons clairs : le PSG est déjà qualifié et le retour au Parc ne sera rien d'autre qu'un match amical. Vu les échéances qui attendent le PSG - Toulouse dimanche et le Clasico la semaine suivante -, on verra certainement Digne, Marquinhos et Cabaye titulaires lors du match retour.

Les deux Barça

Et puis il y a notre ami Spahic, pour qui rien n'a changé. Comme à sa plus belle période montpelliéraine, chez lui la bêtise le dispute à la méchanceté. Le premier jaune sur le pénalty est justifié. Ensuite, quel besoin a-t-il d'aller mettre deux gifles à Lucas le long de la ligne de touche et de prendre un rouge ?

Et puis dans l'autre match de la soirée, beaucoup voyaient - moi le premier d'ailleurs - un Barça en grande difficulté face à City. Oui, mais il y a deux Barça. Celui sans Messi, et celui avec. Sa seule présence fait que l'équipe en face ne joue plus pareil. Et il y a un autre paramètre : cette saison, le champion d'Espagne a compté beaucoup de blessés longue durée.

Et quand ils reviennent, ils ont une fraîcheur inattendue à cette période de l'année, comme Messi ou encore Daniel Alves, qui a failli marquer un deuxième but avant de l'inscrire vraiment. Le Barça est toujours dans le coup et personnellement, ça me fait bien plaisir.

Pierrot