Cette fois, Monaco a lâché
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Bon, pour le titre, c'est fait. Pour le maintien, Evian a fait le trou... Qu'est-ce qui nous reste ? La 3e place ! Ça tombe bien, il y a OL-ASSE ce soir...

Ce n'est pas le scoop du siècle, on est d'accord. Mais on en prend acte un peu plus chaque semaine : il n'existe plus le moindre ersatz de suspense en Ligue 1 quant à l'attribution du titre. Avec la défaite de Monaco à Evian, le PSG compte désormais 13 points d'avance à 7 journées du terme. A ce rythme, le club de la capitale pourrait être sacré mi-avril.

Alors Paris aussi avait chuté à Evian, mais dans des circonstances assez différentes - notamment climatiques. Hier soir, les Monégasques ont quasiment donné l'impression de disputer un match amical. Un match amical joué à un rythme de sénateur. Ça, c'est la version édulcorée. Si on est moins gentil, on dira que l'ASM était proche de la démission sur la pelouse du Parc des Sports d'Annecy.

A force de répéter semaine après semaine que Monaco n'a aucune chance d'être champion, Ranieri a fini par être entendu par ses joueurs. C'est vrai que face à l'ETG, mis à part quelques belles occasions, il n'y a pas eu grand chose et la défaite concédée sur pénalty en fin de match n'est pas totalement illogique. Et quoi qu'il en soit, ces trois points constituent un véritable bol d'air frais pour les Hauts-Savoyards.

Au contraire de Sochaux et de Valenciennes, qui sont les victimes du week-end dans la lutte pour le maintien. Les hommes de Renard ont concédé le nul face à l'OM à Bonal, dans un match qui fut souvent d'une faiblesse assez inouïe. Les Lionceaux ont fait une bonne première période et ont ouvert le score par Sunzu sur corner. Et comme Ranieri, Anigo - qui avait déclaré dans la semaine que l'OM n'avait plus rien à jouer - a été entendu par ses joueurs.

Gillot se fait chier

C'est ce qu'on a pu constater. Marseille ne joue rien, il n'y a aucun fil conducteur dans cette équipe et malgré les grandes phrases serinées par Valbuena et d'autres, on voit bien qu'il n'y a plus aucune solidarité dans cette équipe. Chacun essaie de faire son numéro dans son coin. Il a fallu un sursaut d'orgueil très tardif, conjugué à un gros coup de pompe des Sochaliens pour que N'Koulou égalise en fin de match. Mais le visage montré par l'OM était encore d'une infinie tristesse.

Infinie tristesse, une expression qu'on pourrait coller à la plupart des matchs de la soirée, dont deux nouveaux  0-0. Notamment celui de Bordeaux à Nantes, à l'issue duquel Francis Gillot a lâché : "On se fait chier !" Je ne peux que lui rendre hommage puisque ça fait des mois que je le dis. Je suis rassuré : ce n'était donc pas mes yeux…

Finalement, dans cet océan de sinistrose, Ajaccio-Toulouse a été le match le plus agréable à regarder. Les Corses jouent avec un certain panache et je dois dire que je prends de plus en plus de plaisir à regarder jouer le Téfécé. Car si Toulouse ne s'est pas imposé très largement à Coty, il le doit à la réussite étonnante de l'ACA qui a marqué sur ses deux seuls tirs cadrés en première pétiole, à la partie extraordinaire d'Ochoa, au poteau et au pénalty raté par Zébina à la dernière minute. Bref, Toulouse a changé. En (beaucoup) mieux.


Pierrot