Bordeaux tout en haut, l'OM au plus bas
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Après leur victoire 4-1 face à Monaco, les Girondins ont pris la tête de la Ligue 1. Contrairement aux Marseillais, les Bordelais ne connaissent pas la crise...

Ce dimanche de football nous a réservé des matchs intéressants et instructifs. Tout d'abord, l'ASSE s'est imposée face à une équipe rémoise un peu tendre malgré l'ouverture du score en première période. Les Verts, sans s'affoler et en haussant progressivement le ton sur le plan offensif, ont trouvé la solution. Un sublime coup-franc de Gradel et la confirmation de l'excellent début de saison de Melvüt Erding auront suffi. En deux matchs, le Turc a marqué trois buts et fait une passe décisive. En pleine confiance, c'est un joueur qui sera très important pour Saint-Etienne, qui débute remarquablement cette saison. 

En revanche, à Marseille, rien ne va. À commencer par le stade, pourtant tout neuf. S'il est très beau, il semblerait qu'il y ait entre 5000 et 8000 places qui ne servent à rien, tout simplement parce qu'on ne voit rien. Il y a aussi un escalier inaccessible au public. De grosses malfaçons incroyables au vu des sommes engagées pour la réfection de l'enceinte et du handicap causé la saison dernière. En parlant de handicap, que dire de la pelouse du Vélodrome ? Le nouveau gazon hybride devait faire des miracles et voilà qu'il s'arrache parfois sur un demi-mètre carré. C'est totalement anormal et incompréhensible.

J'ai tout autant de mal à comprendre qu'un joueur soit contraint de sortir définitivement du terrain, juste parce qu'il a taché de sang deux maillots. André Ayew, sans tunique à sa disposition, a laissé sa place malgré les tentatives d'un membre du staff de transformer le numéro d'un maillot floqué 33. Tout ça est d'un amateurisme assez consternant. 

 

Bielsa ne connait pas encore la Ligue 1

Le problème c'est que sur le terrain, ce n'était pas beaucoup mieux. La prestation de l'OM a été indigne d'une équipe de ce standing. Le tripatouillage défensif de Bielsa est toujours aussi inefficace. Morel joue dans l'axe, Romao se retrouve parfois arrière droit, on varie entre trois et quatre joueurs derrière, Imbula évolue seul en sentinelle... Pendant les vingt dernières minutes, si les Montpelliérains avaient eu les capacités physiques ou la lucidité d'accélérer, ils auraient pu mettre d'autres buts. Il y avait des problèmes énormes dans l'axe du jeu marseillais.

C'est une méconnaissance de la Ligue 1 que de croire qu'en empilant les joueurs offensifs, l'OM va éclater tout le monde. On sait très bien que dans notre championnat, toutes les équipes sont bien organisées et peuvent trouver des réponses défensives. Encore une fois, derrière, Marseille a fait de grosses bourdes qui ont notamment permis à Mounier de marquer sur un joli lob. Si Mandanda a sûrement repris un peu tôt la compétition après sa blessure, cela n'explique pas tout. Sur le deuxième but, Mounier, après une très belle action, a donné l'occasion au prometteur Sanson de briller. 

Ce bon match de Montpellier va permettre aux jeunes joueurs de prendre confiance. Pour Marseille, le déplacement à Guingamp samedi prochain est déjà très important. Dans le jeu et dans la construction, on ne voit pas du tout l'apport de Bielsa pour le moment.

 

Bordeaux régale, Jardim patauge

Ceci dit, si ça peut rassurer les Phocéens, on ne voit pas non plus l'apport de Jardim dans le jeu de Monaco. Là encore, même diagnostic : méconnaissance de la Ligue 1. Pourtant, il faut bien dire que l'ASM a fait une très bonne première mi-temps sous l'impulsion d'un Berbatov auteur de quelques déviations magnifiques et d'un but tout aussi remarquable. Une réalisation, en fin de première période, qui aurait pu totalement couper les pattes girondines.

Compte tenu de la blessure de Plasil, qui ne s'était pas entraîné de la semaine, Willy Sagnol avait lui aussi choisi un dispositif un peu trop offensif au départ. Mais il a corrigé le tir en seconde période. L'entrée du Tchèque a justement rééquilibré son équipe. Ce n'est pas en empilant les joueurs offensifs qu'on pratique du beau football et qu'on produit du jeu, sinon il suffirait d'aligner dix attaquants. En sortant Diabaté et en remontant Khazri, les Bordelais ont produit une qualité de jeu qu'on n'avait pas vu en Gironde depuis la période Laurent Blanc.

On peut donc prendre du plaisir en regardant Bordeaux avec 60 ou 70 % des joueurs impliqués dans la sinistrose des années précédentes. Le petit Rolan, a enfin pris la mesure de la Ligue 1 et a été très bon. Même remarque pour Sala, qui a eu le cran de tirer le pénalty à 1-1 face à Monaco pour son premier match en Ligue 1. On notera également l'apport plus qu'intéressant de Contento.

Evidemment, nous ne sommes qu'à la deuxième journée et nous attendrons confirmation. Mais les deux dernières années, quand je devais regarder un match de Bordeaux, je poussais un énorme soupir d'ennui avant même le coup d'envoi. Là, j'ai l'impression d'avoir récupéré une équipe qui va m'offrir de la qualité, du football intelligent et du plaisir. La première place des Girondins après deux journées est la meilleure des nouvelles. 

Pierrot