Bordeaux a bien changé
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Paris au ralenti, Marseille qui rebondit, Bordeaux qui poursuit : avant les matchs de dimanche, il y a déjà beaucoup à dire de ce 3e épisode de la Ligue 1 2014-2015...

Un peu comme prévu, Paris s’est fait accrocher par l'ETG vendredi soir. Comme prévu, parce qu’Evian a pris l’habitude d’emmerder le PSG à Annecy. Mais aussi parce qu’on a eu l’éclatante preuve que cette équipe parisienne n’est plus du tout la même sans Ibrahimovic. Déjà au départ, je n’étais pas fou-fou des choix de Blanc. Laisser Motta sur le banc pour le préserver après l’incident du week-end dernier, ça se défend. 

En revanche, décider d’aligner d’un coup Cabaye et Matuidi, et donc déporter Pastore à un poste d’attaquant de côté qui ne lui convient pas vraiment alors qu’il a été très bon jusqu’ici dans l’entrejeu, ça se défend beaucoup moins. Et au final, ça faisait bien peu de matériel offensif face à une équipe dont on savait pertinemment qu’elle jouerait à dix derrière après avoir encaissé neuf buts en deux matchs.

Après, il faut aussi reconnaître qu’entre Lavezzi qui boude et Cavani qui est aux abonnés absents, ce n’est pas simple de marquer des buts. Avec les munitions dont a bénéficié l’Uruguayen à Annecy, Ibra aurait certainement marqué et Paris aurait quitté la Savoie avec trois points. Ce qui dégage une tendance déjà remarquée la saison dernière, à savoir que le PSG est totalement dépendant de sa star suédoise. Il est totalement anormal que le club de la capitale n’ait pas de plan B. 

 

Le si souriant et si sympathique Bielsa

Parce que c’est bien gentil d’avoir 80% de possession de balle, si c’est pour jouer à la baballe, ça ne sert pas à grand chose. Maintenant, entre les blessés, les mecs qui reprennent tout juste et ceux qui vont partir, ce n’est certainement pas le meilleur PSG qu’on verra cette saison. Mais bon, je pense que les choix de Blanc n’ont pas aidé Paris sur ce coup-là.

Et puis, samedi après-midi on attendait le réveil de l’OM. Il a eu lieu. En fait, les Olympiens ont été récompensés de leur première période dans les quinze premières secondes de la seconde, avec ce très joli but de Gignac. Une première période convaincante de la part des Marseillais, avec de la possession de balle et quelques occasions franches. 

Quant à l’aspect défensif, on n’aura pas pu en juger puisque Guingamp n’a pas attaqué dans ce match. Après un Trophée des Champions déjà faiblard en début de saison face au PSG, les Bretons n’ont guère rassuré. Côté phocéen, cette première victoire va calmer tout le monde et permettre au si souriant et si sympathique Bielsa de travailler dans la sérénité, si tant est qu’il cherche une quelconque forme de sérénité.

 

Bordeaux, le changement est en marche

En le voyant touiller son café tout seul dans son coin pendant que toute l’équipe fêtait le but de Gignac, j’ai trouvé qu’il y avait un petit côté pas très sympa et surtout, ça faisait un peu « je fais mon cinoche pour attirer l’attention médiatique ». Mais quoi qu’il en soit, l’OM a semblé en net progrès sur ce match. 

Enfin en soirée, les Girondins ont conforté leur place de leader en l’emportant à Nice, grâce à une bonne dose de talent mais aussi une part de réussite, avec notamment deux décisions arbitrales plus que discutables - deux buts niçois refusés - en leur faveur. Malgré tout, le changement est en marche à Bordeaux. Cette équipe est métamorphosée et on va enfin prendre un peu de plaisir à la voir jouer.

Voilà, pour le reste, j’ai noté la victoire du LOSC, qui a bien réagi après sa déconvenue face à Porto et ce, malgré une première période encore très compliquée face à Lorient et celle de Bastia devant Toulouse grâce un pénalty très généreux offert par monsieur Vogt. Enfin, il faut saluer la seconde victoire consécutive de l’extérieur de Caen, qui est donc plus à l’aise pour le moment loin de ses bases.  

Pierrot