Biélorussie - France : l'analyse
Posté par Pierre Ménès le 27 Novembre 2017
Les Bleus ont donc démarré leur campagne de qualif' pour la Coupe du Monde 2018 par un nul en Biélorussie. Si ce n'est pas un mauvais résultat en soi, ils regretteront leurs nombreuses opportunités manquées.

Faire 0-0 face aux Biélorusses compte tenu de la très bonne deuxième période de l'équipe de France, c'est dommage. Mais si les Bleus ont eu des occasions, ils ont manqué d'efficacité et surtout, Gorbunov a réalisé une grande partie.

Au coup d'envoi, Didier Deschamps avait fait un choix quelque peu défensif en alignant Sissoko à la place de Payet ou d'un autre attaquant. On peut clairement s'interroger sur cette décision car pendant 90 minutes ou presque, les Biélorusses ont joué à dix derrière en faisant semblant de contre-attaquer. À chaque récupération de balle, ils ont au mieux essayé de gagner du terrain, butant la plupart du temps sur un très bon N'Golo Kanté.

Si la première mi-temps a vraiment été insipide, les changements offensifs effectués après le repos ont - comme par hasard - permis aux Bleus de se créer plus d'occasions. Il leur a simplement manqué un petit peu de précision. Et encore une fois, pour tromper le portier adverse, il aurait fallu que ce dernier ne soit pas en état de grâce.

On attend toujours plus de Pogba

Mais faire match nul à l'extérieur pour débuter ce n'est pas si mal étant donné que les Biélorusses devraient jouer de la même manière à domicile contre les autres équipes de ce groupe. Globalement, je n'ai d'ailleurs pas envie d'être trop sévère au vu de la qualité de la seconde période. Ça fait plaisir de voir par exemple que les latéraux ont une nouvelle fois bien participé au jeu.

Evidemment certains problèmes persistent, à commencer par le positionnement et le rendement de Pogba. Le Mancunien devrait avoir beaucoup plus d'influence sur le jeu de son équipe. On ne peut pas non plus mettre de côté la disparité de forme entre les joueurs. Sissoko disputait son premier match depuis la finale de l'Euro alors que d'autres ont participé à une partie voire l'intégralité de la préparation de leur club.

On verra certainement une équipe de France beaucoup plus en jambes pour le double rendez-vous du mois d'octobre contre la Bulgarie et les Pays-Bas. 

Pierrot